A quel jeu jouent actuellement les autorités comoriennes sur le dossier de l’organisation des 10es Jeux des Iles en 2019 ? Sans détour, on dira que c’est pour le moins un jeu dangereux quand un pays se lance dans de l’intox pour faire croire qu’il y a eu un changement important dans l’organisation des Jeux des Iles de 2019. Alors que tout le monde sait que les 10es JIOI ont été confiés à Maurice, conformément à la décision prise par le Comité International des Jeux (CIJ) le 20 octobre dernier et annoncé le jour même à St Denis, Ile de La Réunion. Le journal Al-watan, dans sa livraison du 10 décembre, évoque dans un titre en Une que quant aux JIOI 2019: «Les Comores récupèrent leur édition».
Cet article signé FSY cite le porte-parole du gouvernement des Comores et ministère de l’intérieur Houmed Msaidié comme celui qui annonce la bonne nouvelle aux Comoriens. «Ca y est: l’organisation des Jioi 2019 revient à l’Union des Comores, l’offensive diplomatique de Moroni et l’activité déployée par le monde sportif à travers le Comité olympique et sportif des Iles Comores (COSIC), aussitôt après le retrait aux Comores de l’organisation des Jeux des Iles de 2019 en octobre dernier à La Réunion , ont finalement payé. Notre pays abritera bien la dixième édition des Jioi» écrit Fsy dans son article. Le journaliste cite par la suite le porte-parole et ministre de l’Intérieur qui a parlé après le conseil du mercredi 9 décembre.
Cause hautement nationale
Houmed Msaidié parle, entre autres, de la détermination du Chef de l’Etat «qui n’a cessé de plaider cette cause hautement nationale auprès des dirigeants des pays de l’océan Indien, les Comores organiseront les jeux des îles.», peut-on encore lire dans cet article. Une affirmation pour le moins choquant et qui laisse surtout perplexe quand on sait que selon la Charte des Jeux des Iles, seul le CIJ est habilité à donner son feu vert à un pays pour organiser des Jeux. Or, depuis le 20 octobre, le CIJ, dont le président est notre compatriote Philippe Hao Thyn Voon,ne s’est pas réuni et qui plus est, aucune décision contraire à celle qui consiste à confier l’organisation des 10es JIOI à Maurice, n’a été prise.
Sollicité, le président du Conseil International des Jeux est pour le moins choqué, pour ne pas dire outré. «Je suis, en effet, informé de cet article. D’abord, je voudrais démentir cette information qui veut faire croire que les 10es JIOI ont été réattribués aux Comores. C’est faux et archi-faux. Le CIJ n’a pris aucune décision depuis le 20 octobre dernier et ne prendra aucune décision pour changer celle qui consiste à donner l’organisation des 10es Jeux à Maurice», a expliqué hier au téléphone le président du CIJ.
Trop de politiques
Philippe Hao Thyn Voon dénonce ce qu’il considère comme «un jeu politique ». «Tout le monde sait que nous ne prenons pas nos décisions à la lumière des humeurs des politiques. Dois-je rappeler que la décision de confier les 10es Jeux à Maurice n’est pas celle de Philippe Hao Thyn Voon uniquement mais d’un comité qui a voté à l’unanimité. C’est pas très sportif la vilaine campagne que fait les Comores autour de ce dossier. Je pense aussi que ceux qui s’expriment aux Comores sur ce dossier ne savent pas les règles dans lesquelles le CIJ est appelé à évoluer», rappelle le président du CIJ.
Ce dernier dénonce ce qu’il considère comme «le jeu politique» que jouent les Comores depuis que les 10es JIOI leur ont été retirés. Par ailleurs, ce dernier confirme que la prochaine réunion du CIJ se tiendra en février prochain (28-29) et que l’agenda de cette réunion pourrait se résumer à la présentation du COJI Mauricien — qui n’est toujours pas constitué et encore moins discuté —et l’élection d’un nouveau président du CIJ. Puisque selon la Charte, le pays hôte des Jeux ne peut pas présider le Conseil International des Jeux (CIJ). Un poste qui pourrait bien être occupé par Le Réunionnais Jean-François Beaulieu.
Par ailleurs, il nous revient que le COM de Madagascar cherche aussi à s’immiscer au coeur de la polémique avec les Comores. Nous apprenons, que la Grande Île veut organiser une réunion du CIJ de l’amitié.
Une affaire à suivre…