« Nou pre pou fer bann konpromi pou ki ena lord », a déclaré le président du Front commun des marchands ambulants, Hyder Raman, lors d’une conférence de presse à la mi-journée au Centre social Marie Reine de la Paix pour commenter la situation au sujet du relogement des colporteurs dans la capitale. « Mais certains aspects de cet exercice doivent être revus », insiste-t-il.
Le Front commun des marchands ambulants a tenu à clarifier sa position sur le sujet en expliquant que les colporteurs sont d’accords pour être relogés, mais pas à n’importe quel prix. C’est ce qu’a fait comprendre le président de cette association à plusieurs reprises.
Qu’entend Hyder Raman exactement par des compromis ? À notre question, ce dernier répond : « Nou pou bizin revwar nou stand dan fason travay. » Selon Hyder Raman, les colporteurs seraient prêts à faire des compromis suivant la décision des autorités pour libérer les rues de Port-Louis de leur présence. D’ailleurs, aux marchands de rue présents au centre social Marie Reine de la Paix, Hyder Raman a déclaré : « Si bizin fer compromi, nou pou bizin fer li. »
Le cheval de bataille du front commun, selon Hyder Raman, demeure l’obtention de conditions « plus décentes » aux places Decaen et Immigration. Les marchands ambulants sont, pour rappel, interdits d’opérer dans les rues depuis le 18 avril suite à la décision des autorités de les recaser à Decaen et Immigration. Selon Hyder Raman, la question du relogement ne fait pas débat puisque, selon lui, le front commun n’y objecte pas. Il insiste cependant sur le fait que cet exercice « ne doit pas se faire à n’importe quel prix ». Il explique : « Pena deba pou kit sime mais bizin revoir bane condisyon… Noune pret pou kit sime, me pas à nimporte ki pri ek condisyion. » Ce dernier invite ainsi les autorités, dont les ministres des Collectivités locales et du Transport, à rouvrir les discussions autour d’une table ronde.
Commentant par ailleurs le fait qu’un nombre de colporteurs ont déjà commencé à occuper les étals à Decaen et Immigration, Hyder Raman affirme : « Zone bizin aksepte sa bane condisyon-la. Kot zotte, zotte pena manze ek bwar. »
Le président du front commun a également exprimé son scepticisme quant au fait que le projet des nouvelles gares du Nord et du Sud serait concrétisé en temps voulu, soit en un an et demi, comme annoncé par les autorités, et qu’ils démarreraient en août prochain. « Selon mo bane informasyon, pena narien de concre ziska ler. Pou bizin rode investisser. Eski gouvernma ena larzan pou sa proze-la ? Eski ce pa ene proze miraz ou ene simp effe danonss ? », s’interroge Hyder Raman.
Le président du front commun a, en conclusion, lancé un appel à la mobilisation le 1er mai prochain sous le kiosque de Plaine-Verte, à partir de 10 h. Plusieurs hommes de loi prendront la parole, dont Mes Rama Valayden, Assad Peeroo et Danielle Selvon, « pou ene denonciasyion la zourla ». Et Hyder Raman de prévenir : « Ena bane latet ki pou tombe ! »