En vue des prochains Jeux des îles (JIOI) prévus du 19 au 28 juillet, le gouvernement mauricien s’est lancé dans un pari risqué de construire un complexe multisport aux normes internationales à Côte d’Or afin d’accueillir l’événement indianocéanique. À presque un an des JIOI, Avinash Gopee, Chairman de Mauritius Multisports Infrastructure Ltd (MMIL), responsable du projet, se dit confiant que ce bijou annoncé sera livré dans les délais.
Avinash Gopee a pour mission de veiller au bon déroulement des travaux. « Je ne peux qu’être honoré et fier que les autorités aient mis leur confiance en moi afin de réaliser ce complexe. À un an de l’échéance, tous les contrats ont déjà été alloués, notamment à la Chine. Je pense que les Chinois travailleront d’arrache-pied pour livrer l’infrastructure avant les JIOI. Au niveau de la construction, je peux dire qu’on a avancé, mais avant cela, nous avions beaucoup de paperasseries à faire, comme l’allocation du contrat et le rapport géotechnique qui est en train d’être finalisé », nous dit-il.

Depuis la pose de la première pierre en février dernier, le chantier a connu quelques soucis. « Le mauvais temps a été le facteur le plus important qui nous a contraints à ralentir le travail. Cependant, nous avons discuté avec l’entrepreneur et il sait que ce projet est très important au niveau national. Les travailleurs font des heures supplémentaires et quand le besoin se fait sentir, le travail se fait aussi en week-end », indique-t-il.
Sur une superficie de 22,44 hectares, ce complexe sportif sera aux normes internationales.

À la suite de négociations en octobre 2016 du Premier ministre avec la République Populaire de Chine, Maurice a obtenu un prêt sans intérêt de $ 50 millions pour la construction du centre aquatique et du stade. « Au niveau de MMIL, on a réparti le contrat au niveau du bulk earthwork à plusieurs contracteurs pour accélérer les travaux. En ce moment, nous avons 250 voire 300 travailleurs sur le chantier, mais cela va augmenter pour passer à 1 000 travailleurs », rassure-t-il. Malgré la saison des pluies en fin d’année qui risque de jouer les trouble-fête, Avinash Gopee estime que « nous avons un contrat à respecter et, avec mon expérience dans la construction, je pense pouvoir relever ce défi. »

À savoir que ce complexe sera composé d’un centre aquatique d’une capacité de 1 500 places, une piscine qui répond aux normes olympiques, un gymnase multisport (volley-ball, basket-ball, karaté, taekwondo, judo, handball) et un stade olympique qui sera doté de 15 000 places, avec un terrain de foot aux normes de la FIFA, et une piste d’athlétisme aux exigences de l’IAAF. « Ce sera environ Rs 3,5 milliards d’infrastructures qui seront mises dans ce projet. Environ Rs 1,7 à 2 milliards ont été financées par le gouvernement chinois et le reste par les autorités mauriciennes », souligne-t-il.

« C’est un véritable challenge pour moi et les JIOI sont un événement exceptionnel. Mon principal objectif est de terminer cette construction et d’offrir un beau projet aux Mauriciens. Certes, c’est une course contre la montre, mais je suis confiant que ce sera prêt en temps voulu », conclut Avinash Gopee.

MMIL devra ainsi s’assurer que le projet soit remis en respectant le budget, le programme ainsi que les normes de qualité requises. Ses responsables sont, outre le Chairman, Avinash Gopee, la Chairperson du Mauritius Sports Council, Sarah Rawat Currimjee, deux représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports, un représentant du ministère des Finances, un représentant du ministère des Services publics, un représentant du ministère des Infrastructures publiques, le Chairman de Landscope et une personne affiliée dans la gestion et la promotion des sports.