Lalit estime la déclaration du ministre de la Santé et de la Qualité de la vie, Anil Gayan, concernant la mise en suspens du programme de la méthadone pour tout nouveau toxicomane figurant sur la liste d’attente, d’« irresponsable ». Dans un communiqué transmis à la presse, cette formation met en garde contre les éventuels dangers liés à cette décision ministérielle tant pour le toxicomane, « une personne malade », que pour la société. Lalit affirme avoir envoyé une correspondance au ministre Gayan accompagnée d’une copie du « 2006 Charter on Aids and rational policies on drug addiction ».
Dans une déclaration au Mauricien, ce matin, Alain Ahvee de Lalit indique que dans cette correspondance, l’organisation demande au ministre de la Santé et de la Qualité de la vie de revoir sa position puisqu’il s’agit d’« une décision répressive et non humain ». « Li danzere pu sosyete an-antye, si enn Minis antete dan enn tel pozisyon pinitif, e pa sutenir enn kuran panse pli « caring »», soutient Lalit. Il observe que « sa kuran panse pli « caring » pe vinn deplizanpli for » et que Lalit a commencé une campagne dans ce sens depuis 1982. D’autres organisations, poursuit-il, ont adopté le même réflexe en rejettant « la répression ». Selon Lalit, « represyon kree problem adisyonel, suvan problem pli grav ankor ki problem orizinal, san ki li adres problem ladrog limem ».
Lalit insiste que « la dépendance à la drogue n’est pas un problème physique mais une maladie et pour pouvoir s’en sortir, la personne concernée doit d’abord avoir une vie stable. La méthadone ou tout autre médicament similaire lui procure cette stabilité ». « Li permet dimunn sorti dan enn lavi « trase », kot li pe bizin depans plis larzan par zur ki li kapav tuse atraver travay ordiner », fait ressortir le communiqué.
Enjoignant une copie de la charte préparée en 2006, par dix organisations à savoir PILS, Muvman Liberasyon Fam, Justice et Paix (avec quelques réserves), le Mouvement pour le Progrès de Roche Bois, ELAN (avec quelques réserves), la branche locale d’Amnesty international, le Collectif Arc-En-Ciel, Concordia II et Lalit lui-même, l’organisation rappelle que « ladan nu finn pran pozisyon anfaver Program Metadonn pu dimunn, ki fini malad ar ladrog, gayn tretman ».
Pour Lalit, si le ministre de tutelle va de l’avant avec cette décision annoncée, il sera tenu responsable « pu pus dimunn malad dan enn lavi kot zot depann lor kokin lasenn, larseni, etc, e kot zot riske kumans vinn distribiter ladrog zotmem, zis pu kalme zot prop duler atros ».
Lalit estime qu’« il ne s’agit pas de la seule décision gouvernementale qui risque de créer des problèmes au sein de la société qui fait déjà face à une crise économique et sociale ». Il récuse l’appellation de la commission d’enquête sur la drogue que le gouvernement a annoncée. Pour lui, « elle est restrictive ». Au lieu de l’intituler « Trafik la drog », il est d’avis qu’il aurait fallu l’appeler « Problem ladrog dan so lansanb ». « Reflex represiv sa Guvernman la, li deza vizib dan tit ki li finn swazir, osi byin ki dan sa long lalist Terms of Reference ki, zot preske tu, al dan direksyon plis represyon, plis pinisyon », écrit Lalit.