RAFAL (ROYALS & FRIENDS ACTION LINE)

Le monde est au courant que depuis plusieurs années les Rohingyas vivent un calvaire mais, apparemment, le monde s’en fout. D’après un article intitulé « Birmanie – Épuration ethnique » publié dans Le Mauricien du jeudi 5 avril 2018, quelque 700 000 Rohingyas ont dû « fuir au Bangladesh depuis août 2017, ce que l’ONU dénonce comme une épuration ethnique par l’armée birmane… » Ceux qui sont restés en Birmanie vivent dans la peur, entassés dans des camps, leurs droits les plus élémentaires bafoués.

Maurice avait l’occasion de s’indigner à ce sujet lors d’une visite de l’ambassadeur de la Birmanie chez nous en septembre 2017, mais rien n’y fit. Un article de Democracy Watch Mauritius (DWM), qui avait paru sur la Toile à cette période, égratigne ceux qui le méritent.

Nous nous réjouissons de cette prise de position de DWM car nous militons pour un humanisme universel et nous voulons un monde où le soleil brillera pour tous, sans exception aucune !

Ci-dessous l’article de DWM in extenso. Edifiant !

« Devons-nous comprendre qu’aucun de nos ministres n’est disposé à prendre la défense des Rohingyas ?

Texte : Visite de courtoisie au Premier ministre de l’ambassadeur du Myanmar (Birmanie) à Maurice, avec résidence à Pretoria, à la fin de septembre 2017 (Journal télévisé de la Mauritius Broadcasting Corporation).

Commentaire : Nous nous savons incapables de nous indigner et de le faire savoir. Nous en voulons pour preuve le silence tonitruant suivant cette ignominie. Nous espérons seulement que notre républicaine présidente en a été épargnée.

Le Myanmar d’Aung San Suu Kyi (tombée bien bas depuis de son piédestal nobélisé scandinave, perdant dans sa chute l’auréole dont nous l’avions canonisée prématurément), est tristement connu depuis peu pour le misérable génocide ethnique qu’il inflige envers ses sujets Rohingyas, nos frères et sœurs musulmans.

Nous ne pouvons pas, comme d’autres puissants pays argentés et disposant de multiples armes et munitions pas forcément militaires, dont des pays se prétendant islamiques, exercer la moindre pression sur la patrie d’une Aung San Suu Kyi ne valant peut-être pas mieux que ses anciens geôliers militaires, pour l’obliger de traiter ses sujets Rohingyas, comme des êtres humains, comme des enfants de Dieu.

Mais de là à nous infliger les insultantes images d’un Premier ministre mauricien, recevant la visite dite de courtoisie de l’ambassadeur d’un pays, pratiquant, au mépris de toutes les conventions onusiennes, une politique de génocide ethnique, voire religieux, à l’égard de frères et sœurs musulmans…

A qui fera-t-on croire qu’il n’y a aucune clause protocolaire nous donnant le droit de faire comprendre au représentant d’un pays, pratiquant, en 2017, un quelconque génocide, qu’un Premier ministre de Maurice a heureusement mieux à faire que de le recevoir, devenant ainsi complice de la barbarie ethnique et religieuse pratiquée ignominieusement dans son pays ? À qui fera-t-on croire qu’il n’y avait aucun moyen pour faire comprendre à un si triste ambassadeur de pays aussi ignoble que le Premier ministre des Mauriciens le recevra quand son pays aura réparé tous les torts commis au Myanmar envers nos frères et sœurs Rohingyas, quand toutes les larmes versées par eux seront essuyées et consolées ? Devons-nous comprendre qu’il existe présentement au sein du Cabinet aucun ministre capable de défendre les intérêts des musulmans à travers le monde ? Devons-nous comprendre que l’Arabie saoudite se réjouit des malheurs accablant nos frères et sœurs Rohingyas ? [Democracy Watch Mauritius] »