Fin d’année éprouvante pour le gendre et la fille du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Le Dr Krishna Malhotra et son épouse Shalini Malhotra, née Jugnauth, sont propriétaire d’un home, connu sous le nom de De La Mer House dans la région de l’Essex en Grande-Bretagne. Cette pension de famille accueillant 57 internes a été le théâtre au lendemain de la Noël d’un véritable drame. Un homme de 86 ans, qui était venu passer le long week-end de la Noël en compagnie de son épouse, âgée de 80 ans, et souffrant d’Alzheimer, a abattu celle-ci de deux coups de feu, hier matin, littéralement devant les autres internes. Toute la presse régionale et nationale en Grande-Bretagne, dont The Times ou encore The Independent sans oublier le New York Times, fait état de ce drame avec un visiteur se promenant à l’intérieur de De La mer House avec une arme à feu avec lui. Le représentant de cette circonscription anglaise à la Chambre des Communes, Douglas Carswell, n’a pu cacher son étonnement devant la tournure des événements.
Le couple Malhotra, qui était en vacances à Maurice, était déjà rentré en Grande-Bretagne avant le déroulement de cet événement des plus dramatiques dans son home. Le Dr Malhotra et son épouse n’étaient pas présents sur les lieux au moment des faits vu que cette maison de retraite est sous le contrôle de la Care Home Manager, Julie Curtis, depuis bientôt deux ans. D’ailleurs, les informations puisées de la presse britannique de ces dernières 24 heures indiquent que Julie Curtis elle-même est intervenue pour désarmer l’agresseur, un dénommé Ronald King, 86 ans, avant l’arrivée des premiers secours et des policiers.
La victime, Rita King, 80 ans, qui a été admise en tant qu’interne de De La Mer House, situe à Walton-on-the-Naze dans l’Essex il y a environ six mois, a été abattue par son époux d’au moins deux coups de feu après le petit-déjeuner hier matin. Cette agression mortelle, qui s’est déroulée devant les autres internes dans la partie commune du complexe, a pris tous ceux présents par surprise.
Dans sa version des faits, publiée dans la presse britannique, la Home Care Manager affirme qu’elle n’avait pas réalisé la portée de ce qui venait de se passer tant c’était invraisemblable. « He (Ronald King) came towards me with the gun, my first thought was that it wasn’t real, but then my next thought was trying to stop him hurting my residents. It’s a shock — I cannot believe it happened at a residential care home », déclare-t-elle en ajoutant que les autres membres du personnel sont intervenus pour calmer les autres internes, traumatisés par ce dont ils ont été témoins.
Une fois les coups tirés, et alors que la victime s’était affaissée dans une mare de sang, Julie Curtis n’a pas rencontré de grosses difficultés pour désarmer l’octogénaire. « I put my left arm around him and put his right arm between him and the gun and said “please, please give me the gun” and he let go », fait-elle comprendre alors que l’agresseur marmonnait : « She has had enough. » L’époux a été placé en détention policière et l’arme à feu saisie.
Toutefois, la présence d’un individu avec une arme à feu dans un home réservé à des personnes à la retraite et malades suscite une véritable polémique dans le sillage du De la Mer House Murder Case. Le député de cette région à la Chambre des Communes ne s’est pas fait prier pour remuer le couteau dans la plaie d’autant plus que Walton-on-the-Naze est considéré comme une région des plus paisibles. « It’s very shocking. If you have got a loved one in a care home, you expect them to be safe. People need to know the exact circumstances of what happened, it is extremely disturbing. Walton-on-the-Naze is supposed to be one of the most peaceful and tranquil places there is — elderly people want to be in a peaceful and tranquil environment. Of all the places you expect this to happen, this is the last », soutient le député Carswell, qui affirme connaître le home du couple Malhotra.
Les indications dans la presse britannique présentent la De La Mer Home comme faisant partie du haut de gamme avec le séjour en full board coûtant Rs 30 000 par semaine, soit £ 575 par tête. Le quotidien The Independent révèle les récentes conclusions de la Care Quality Commission au sujet de De La Mer Home, notamment « people were cared for in an environment that was safe, clean and hygienic. The appropriate recruitment checks had been completed prior to staff being employed ».