La responsabilité du conducteur d’autobus de la Corporation nationale de transport (CNT), immatriculé 3408 JU 11, Vishal Kaytoo (35 ans) habitant Bambous, est engagée dans l’accident meurtrier de la Beaux-Songes Link Road, avec six victimes de 18 à 24 ans. C’est ce qui ressort des premiers éléments de l’enquête policière 24 heures après la virulente collision, à 5 heures, hier matin, entre cet autobus de la CNT et une Mitsubishi de couleur noire immatriculée 1973 AP 07, dans laquelle avaient pris place neuf jeunes revenant d’une White Afternoon Party à Flic-en-Flac. Le chauffeur du bus, qui a été opéré d’une fracture au bras, hier après-midi, a été placé en quasi-détention policière vu qu’une sentinelle assure la surveillance, le temps de sa comparution en Cour pour son inculpation provisoire des délits d’homicide involontaire et de Reckless Driving. Cette thèse a été renforcée par le témoignage d’une occupante d’une voiture, qui a été doublée par le bus de la CNT juste avant l’accident. Cette dernière est venue de l’avant hier avec une version de ce qu’elle a pu témoigner sur la Beaux-Songes Link Road avant d’entendre un bruit de ferraille des plus assourdissants et de constater un horrible carnage.
Encore sous l’effet du choc de ce qu’elle a vu, hier matin, sur la Beaux-Songes Link Road, juste avant le rond-point de Bassin, et vu qu’elle attend un bébé, cette habitante de Quatre-Bornes a préféré ne pas faire de commentaires au Mauricien, laissant le soin à son époux, qui était également dans la voiture, une Toyota Corolla de couleur marron, se dirigeant vers Beaux-Songes, de raconter la séquence des événements.
« Tôt tous les matins, nous empruntons cette route pour nous rendre à notre exploitation agricole, qui comprend une serre. Chaque matin, nous croisons ce premier autobus de la CNT assurant le ramassage des premiers emplois. Ceux qui empruntent la Beaux-Songes Link Road la nuit savent que le tronçon où est survenu l’accident est un Black Spot », fait comprendre ce Quatre-Bornais.
« À un moment, nous avons vu le bus, qui nous a doublés. Je dois faire ressortir qu’à ce moment précis, il n’y avait pas d’autres véhicules sur cette partie de la route. Mais à peine avait-il parcouru une cinquantaine de mètres, le chauffeur de bus n’avait pas eu le temps de se rabattre pour regagner la voie de gauche. Nous avions entendu un bruit, Baow, qui donne des frissons dans le dos », poursuit-il comme s’il revivait la scène, et surtout leur constat sur l’asphalte par la suite.
« Nous avons vu le bus prendre la direction des champs à gauche de la route et finir sa course sur un monticule alors que le 4 x 4 se désintégrait dans un bruit de ferraille pour ensuite s’immobiliser en tête-à-queue de l’autre côté de la route », raconte ce témoin.
« Vous voulez savoir à quoi cela ressemblait. Ce fut un horrible carnage. Très traumatisante comme expérience. En tout cas, nullement une scène à voir ! la première chose que mon épouse a faite a été d’appeler la police de Quatre-Bornes. Mais c’est encore plus triste à dire. La police de Quatre-Bornes a raccroché le téléphone alors que nous appelions pour informer les autorités d’un terrible accident. Le téléphone a été raccroché, et pas une seule fois. Entre-temps, le petit frère d’une des victimes (Rohan Ramchurn), qui était blessé, était venu nous supplier pour transporter son frère à l’hôpital. Mais vu l’état des blessés, nous ne pouvons prendre de risques », confie-t-il au Mauricien en demandant d’être sous couvert de l’anonymat.
 À l’arrivée des premiers policiers, soit le sergent Noorally et les constables Digumber et Appadoo de même que des membres de l’Emergency Response Service (ERS), sollicités en renfort, la scène de l’accident était indescriptible. Sur le côté droit de la Link Road en direction de Beaux-Songes, jonchaient des débris de la Mitsubishi, complètement endommagée, avec le dôme, le coffre, les ailerons, le bonnet et le capot sur l’asphalte alors que ce qui restait du châssis de la Mitsubishi était immobilisé à une vingtaine de mètres plus loin.
De l’autre côté de la route, l’autobus de la CNT avait été stoppé dans sa folle course par un monticule de terre en contrebas de la route. Le chauffeur, qui était coincé dans sa cabine, hurlait de douleur et appelait au secours. Les policiers et des membres du SAMU, dépêchés sur les lieux en urgence, devaient s’attaquer à une tâche délicate, en l’occurrence porter secours aux blessés et dresser le bilan des victimes.
Sur le siège arrière de la Mitsubishi de couleur noire, avec au volant Andy Chavrimootoo (24 ans) habitant Résidence Kennedy, se trouvaient les deux habitants de Henrietta, Elodie Clarel Marie Ramchurn (20 ans) et Joanna Aurélie Charlot (22 ans) de même qu’un autre occupant. Le Dr Sham, menant l’équipe du SAMU, devait constater que ces trois jeunes avaient déjà succombé à leurs blessures.
La dépouille d’une autre victime fut également extirpée de l’amas de ferraille du véhicule écrabouillé. Aucune chance de réanimation car il ne donnait aucun signe de vie. Les secouristes procédaient à des vérifications au peigne fin et un autre jeune homme fut découvert mort car projeté hors du véhicule sous le choc de la collision. D’où les premières informations quant au nombre de victimes, soit cinq.
Quatre autres occupants du 4 x 4, blessés, furent dirigés au Princess Margaret Orthopaedic Centre (PMOC), avec un sixième succombant à ses graves blessures. Le bilan de l’hécatombe de la Beaux-Songes Link Road s’établit comme suit: six tués.
Andy Chavrimootoo (24 ans), suite à des blessures multiples et identifié que par le truchement de son tatouage au bras,
Navnish Ramchurn (18 ans), helper chez Panagora, ayant succombé à une fracture du crâne,
Parvesh Ramchurn (19 ans), apprenti jockey – fracture du crâne,
Elodie Ramchurn (20 ans) – fracture du crâne, et les funérailles se déroulant cet après-midi,
Aurélie Charlot (22 ans) – fracture du crâne, et les funérailles cet après-midi
Cédric Bozelle (23 ans), multiples blessures et les funérailles cet après-midi.
Les autopsies ont été pratiquées par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, les Police Medical Officers, les Dr Chummun et Baichoo, à la morgue de l’hôpital Jeetoo, hier.
Les quatre blessés sont en l’occurrence Rohan Ramchurn, qui a subi une fracture au bras, a quitté l’hôpital Against Medical Advice, hier, pour assister à l’incinération de son frère et de son cousin, Jessen Wayne (20 ans) habitant Résidence Kennedy; le premier nommé a subi une intervention chirurgicale au bras au Princess Margaret Orthopaedic Centre, hier; Ludovic Jubhor, 16 ans, également habitant Résidence Kennedy et le chauffeur du bus.
De leur côté, les experts de la police ont fait remorquer les deux véhicules au poste de police de Camp-Levieux en vue de leur examen par des experts de la police et du ministère de l’Infrastructure publique. Les officiels du Scene of Crime Office (SOCO) ont déjà entrepris des relevés sur les lieux de l’accident à des fins d’enquête en attendant l’interrogatoire Under Warning du chauffeur de la CNT, toujours hospitalisé…