L’ancien volleyeur national Christian Bezandry  et sa famille avaient logé une plainte en réclamation contre la famille Mamet, propriétaire de la maison qu’elle louait. Les locataires avaient en effet subi de sérieuses brûlures à la suite d’une explosion dans un entrepôt à l’extérieur de la maison qu’ils occupaient. Le juge Bobby Madhub a sommé les propriétaires de leur payer la somme de Rs 1178592 en guise de dommages. La cour a reconnu qu’après avoir subi des brûlures du 2e degré, Christian Bezandry ne pouvait en effet plus pratiquer de sport comme avant.

Le sportif et sa famille avaient expliqué que suite à cet accident, ils avaient encou- ru des dépenses conséquentes pour des traitements médicaux et avaient dû cesser de travailler. Le médecin qui avait déposé en cour avait confirmé que l’ancien volleyeur, qui avait 45 ans au mo- ment du drame, portait des brûlures sur 40% du visage ainsi que sur d’autres par- ties du corps. Les deux autres membres de sa famille récla- maient, eux, des dommages moraux. Au cour de l’affaire, les propriétaires de la maison avaient offert une somme de Rs 88 336,18 pour les dépenses médicales du plaignant. Christian Bezandry avait affirmé dans sa plainte que suite à cet accident, il ne pou- vait plus travailler et avait perdu deux contrats majeurs. « In the present matter it is not denied that plaintiff No 1 was a very active person enjoying a number of outdoor leisure activities and hobbies, and also practicing sports, including volleyball at a national level. It is also not denied that he still have some skin discoloration, and is now unable to practice the activities he did, at the same level, the more so because of increased sensitivity to the sun. It cannot be deniedthat this must have an impact on his life notwithstanding the fact that plaintiff No 1 did not consult any psychologist or psychiatrist, or follow any such therapy », mentionne le juge- ment. Le juge Bobby Madhub a de fait sommé les proprié- taires de lui payer la somme de Rs 1 178 592,18 en guise de dommages.

La cour a reconnu que Christian Bezandry, après avoir subi d’importantes brûlures, ne pourrait plus pra- tiquer de sport comme avant. Pour ce qui est des deux au- tres plaignants, les proprié- taires devront leur payer Rs 250 000 de dommages.