Eddy Boissézon, ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives, a demandé aux jeunes sapeurs-pompiers d’avoir une approche humaine dès qu’ils arrivent sur les lieux d’un sinistre. C’était mardi, lors d’un atelier de travail organisé à la Unity House à Beau-Bassin par la Government Services Employees Association.

« Zot bizin konpran dimounn ki finn afekte, surtou kan zot finn perdi tou zot kitsoz. Zot bizin gard zot kalm. Il faut respecter les autres. Vous avez vos droits, n’oubliez pas que vous avez aussi vos responsabilités », a soutenu Eddy Boissézon. Il a demandé aux jeunes pompiers de ne pas se laisser influencer par l’argent dans un moment de faiblesse, avant de leur rappeler qu’il y a environ 200 fonctionnaires qui sont interdits en ce moment à cause de leur « attitude ».

Le ministre a aussi parlé de l’importance de l’exercice physique pour les sapeurs-pompiers. « Il ne faut pas négliger cet aspect. Votre métier est risqué et vous pouvez être appelé à n’importe quel moment pour sauver la vie d’une personne. Il faut donc que vous soyez en bonne condition physique pour le faire ».

Pour ce qui est de la formation des jeunes recrues, Eddy Boissézon affirme qu’il a pris note des doléances de leurs représentants syndicaux. « Avec les changements, il est tout à fait normal que les jeunes reçoivent une formation adoptée aux réalités. Le gouvernement étudie la possibilité que vous puissiez suivre des cours de formation en ligne ».

Radhakrishna Sadien, le président de la GSEA, a fustigé des cadres de certains ministères qui ne donnent pas la possibilité aux fonctionnaires de bénéficier de cours de formation. « Ce sont des recommandations du rapport du PRB. Or que se passe-t-il, certains hauts cadres partent à l’étranger pour être formés et zéro formation pour les autres. Se a koz sa mem ki 50 % budget ki fini voté pour la formation pas ankor depensé ».

Le thème de l’atelier était « New rôle of Fire Fighters in a modern Mauritius Fire and Rescue Service ».