Les différentes site visits au niveau des infrastructures susceptibles d’accueillir les compétitions dans le cadre de la 10e édition des Jeux des îles en 2019 tendent à confirmer un fait. Beaucoup d’améliorations doivent être apportées. Cela a de nouveau été constaté lors des visites effectuées mardi et mercredi derniers aux stades George V (football) et de Quartier Militaire (rugby à 7), à la piscine Serge-Alfred à Beau Bassin, au complexe sportif de Beau-Bassin (judo et tennis de table) et au Centre national de badminton à Rose-Hill.
Le commissaire général des Jeux, Sada Vuddamalay, fait le constat suivant : « Il reste énormément de travail à être effectué pour que tout soit à jour. Beaucoup d’améliorations devront être apportées notamment au niveau des vestiaires, des gradins et des toilettes, entre autres, et des facilités accordées pour le contrôle antidopage. Qui plus est, certaines infrastructures sont dépassées. »
Des rapports sur les visites à ces différents sites devront maintenant être soumis au comité organisateur qui décidera des mesures à être prises. « Il nous faudra sans doute investir afin d’avoir les meilleurs Jeux possibles », avance encore Sada Vuddamalay.
Par ailleurs, le comité organisateur est désormais dûment enregistré auprès des autorités. Ce qui le place comme une entité légale indépendante. Ce comité organisateur se trouve être de plus renforcé par la venue de trois personnes mises à sa disposition par le ministère de la Jeunesse et des Sports, à savoir le sport officer Manoj Ujodha, et les sport coaches Lydie Chimier-Isabelle et Vijaya Soogare.
Dans un autre ordre d’idées, des démarches seront entamées auprès de la Mauritius Broadcasting Corporation et de l’Association des radios et télévisions de l’océan Indien afin d’obtenir des images des précédentes éditions des Jeux des îles. Cela servira au montage d’un mini film qui sera remis comme présent aux membres du Conseil international des Jeux dans le cadre des 40 ans des Jeux des îles.
Au niveau des rencontres avec les dirigeants des fédérations sportives concernées par l’édition de 2019, cela a été au tour de celui du volley-ball d’exprimer ses demandes. Cette fédération était représentée par Bose Soonarane. Ce dernier a exprimé des réserves sur le gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas, qui ne répond plus aux exigences des règlements internationaux. Selon lui, la construction d’un nouveau gymnase s’avère primordiale, d’autant qu’un tapis sera bientôt reçu de la Fédération internationale de volley-ball.