K’fouyaz a créé une ambiance de folie au Sapin Cafe Culture le samedi 7 avril. Les cinq potes ont été fidèles à eux-mêmes, ne se prenant pas au sérieux et se faisant plaisir avec leur musique. Compositions au fort potentiel, covers remaniés et génériques de dessins animés : les joyeux lurons ont su enflammer la baraque.

Une atmosphère électrique, un son qui décoiffe, de l’amusement sans retenue. C’est dans une folle ambiance que s’est déroulé le concert de K’fouyaz au Sapin. En une heure environ, le groupe a donné un aperçu de sa polyvalence. Les musiciens ont démontré leur sens de l’humour en reprenant des génériques de dessins animés qui ont bercé l’enfance de nombreux Mauriciens, à l’instar de Ghostbusters et Les mondes engloutis, faisant monter la sauce parmi l’audience et la faisant rire aux éclats.

Ensuite, les dieux du rock semblent avoir pris possession de leur corps pendant quelques morceaux. Highway to Hell de AC/DC, I Want to Break Free de Queen, Everybody’s Changing de Keane… Sans transition, K’fouyaz a rendu un hommage à sa façon aux chanteurs locaux en interprétant Kontan mo ti kontan de Jacques Cantin, Assez Assez de Ras Ti Lang, Marsan La Mort de Gérard Bacorilal et Ouver to leker de Ras Minik.

Ensuite, ils ont été beaucoup plus sérieux en faisant découvrir une de leurs compositions, Raisin. Un séga rock très mélodique que le public a apprécié avec une teinte d’émotion. Une chanson au fort potentiel tant par sa mélodie que par ses paroles. Un morceau qui a conquis l’audience, qui ne s’est pas fait prier pour acclamer la composition tandis que certains reprenaient les paroles du refrain avec le chanteur Giovanny Grégoire.

Mention doit également être faite des chanteurs et du groupe qui ont assuré la première partie : Fabien Cornelius avec ses morceaux pop et soul, François Henry et son seggae, Jeff Lingaya et ses compositions qui font réfléchir, et Apostrophe et son séga rock fusion. Chacun est venu avec son univers, créant de bonnes vibes et contribuant au bon déroulement de la soirée.