La direction technique de la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) a finalisé sa liste de tireurs qui participeront à la Coupe du monde de la World Association of Kick-Boxing Organization (WAKO) prévue du 21 au 24 mai prochain, en Hongrie. Si Burtlan Simisse (-51 kg), Fabrice Bauluck (-54 kg) et James Agathe (-81 kg) étaient pratiquement sûrs de faire le déplacement, en revanche, rien n’était décidé en ce qui concerne le quatrième représentant. C’est finalement William Bouton (-54 kg) qui a été choisi. Il participera à la compétition chez les juniors. Boris Brissonnette (-71 kg) n’a lui pas été retenu chez les seniors ayant été écarté des rings pendant un moment en raison d’une blessure à la cheville.
S’il n’avait pas été blessé (petite fracture à la cheville), Boris Brissonnette aurait été un des candidats sérieux à ce déplacement. Malheureusement pour lui, a estimé l’entraîneur national Judex Jeannot, il est resté trop longtemps sans entraînement. « Boris ne pourra pas retrouver le niveau requis en si peu de temps et c’est la raison pour laquelle il n’a pas été retenu. Il devra continuer ses entraînements, car il est de ceux qui doit se construire un palmarès », a-t-il expliqué.
Selon Judex Jeannot, le jeune Cédric Changou (-57 kg) aurait pu également aspirer à une place dans cette sélection. « Vu que cela fait un bon bout de temps que Cédric tourne dans ce giron, nous avions des visées sur lui. Malheureusement, il a été assez moyen lors du tournoi de l’océan Indien à Madagascar. Le temps faisant défaut, il ne pourra donc pas être prêt pour la Hongrie. Je lui ai donc demandé de poursuivre le travail avec le même sérieux et la même détermination », a souligné l’entraîneur national.
 En revanche, Judex Jeannot trouve que William Bouton a très bien réagi depuis sa pale performance aux championnats du monde juniors de l’année dernière en Italie. « C’est un boxeur qui manquait de caractère et je constate qu’au fil des mois, il commence à prendre de l’assurance. Il a encore beaucoup à faire, mais étant donné que c’est quelqu’un de déterminé, je reste convaincu qu’il passera très vite ce palier », a-t-il indiqué. C’est d’ailleurs avec l’intention de lui permettre de progresser  que William Bouton a été sélectionné pour cette compétition. « J’ajouterai que William a énormément progressé ses derniers temps. Il est sérieux et régulier aux entraînements. Il démontre aussi beaucoup d’envie et pour moi, c’est un point très important. »
Mondiaux juniors de 2016
Avec cette nouvelle sélection, ce sont les championnats du monde juniors de 2016 que vise William Bouton. Le tireur étant âgé de 16 ans seulement, Judex Jeanot a indiqué qu’il aura l’occasion de disputer, une fois de plus, cette compétition. « La chance que possède William, c’est de pouvoir s’entraîner avec des boxeurs de classe mondiale que sont Fabrice (Bauluck) et Burtlan (Simisse). Ils sont pratiquement dans la même catégorie et cela, c’est un gros avantage. Physique et technique, il a beaucoup progressé ces derniers temps », a expliqué Judex Jeanot.
Il a ajouté que Fabrice Bauluck et Burtlan Simisse sont en superbe forme et que ceux qui les croiseront à la Coupe du monde auront fort à faire. « Mais la boxe étant ce qu’elle est, il faudra rester très vigilant. Fabrice et Burtlan ont énormément progressé. Je dirai même que Burtlan a franchi un autre palier. Il possède un gros volume d’entraînement. On sent cette envie de vouloir aller encore plus loin. C’est sûr qu’ils feront bien, notamment aux Championnats du monde (24- 31 octobre) en Serbie, qui est notre objectif principal », a indiqué l’entraîneur national.
Pour ce qui est de James Agathe, Judex Jeannot a indiqué que le tireur n’est pas dans la même forme que celle de 2013 où il avait été champion du monde au Brésil avec Fabrice Bauluck. « Par rapport à Fabrice et Burtlan, je trouve que James n’a pas connu une grosse marge de progression. Je pense qu’à 32 ans, le corps n’assimile plus comme on l’aurait voulu. James est quelqu’un qui possède une confiance inébranlable et il l’a prouvé à maintes reprises. Mais des fois, cela n’est pas suffisant », a-t-il conclu.