Le double déluge qui a ravagé Maurice, île principale de notre archipel, en l’espace de six semaines, signale l’échec de notre modèle de « mal-développement » bétonné et motorisé à outrance, et il marque à ce titre l’échec dramatique et de l’État et du secteur privé, les deux piliers de ce modèle.
Rendons hommage d’abord aux victimes, 11 morts au décompte d’hier, des centaines de blessés, des milliers de traumatisés laissés sur des terres dévastées et vulnérables même si le premier ministre leur fait miroiter « son » Fonds d’urgence, auquel Médine (seul ou avec d’autres ?) s’est empressé de contribuer Rs 1,5 million.