Cécile Gonzalez et Kirsty Geneviève, deux profs de danse qui ont su transmettre leur passion à leurs élèves

Un exploit pour neuf danseuses de la Studio Dance School de Beau-Plan, qui ont remporté 19 premiers prix, soit 16 nationaux et trois régionaux, au championnat régional de danse tenu du 9 au 13 mars dernier à La Réunion. Elles se sont distinguées face à 500 participants et six d’entre elles seront en déplacement en France du 9 au 13 mai pour assister au championnat de danse, qui se tiendra à Lyon. Le Mauricien est parti hier à la rencontre de quatre d’entre elles à la Studio Dance School.

Anna Echevin (11 ans), Romane Gufflet (13 ans), Kimaya Cortot (10 ans) et Fayrouz Boina (11 ans) fréquentent la Studio Dance School depuis qu’elles ont quatre ans. Menues, elles affichent toutes quatre une mine réjouie et s’expriment avec aisance, mais, surtout, parviennent, malgré leur jeune âge, à transmettre leur passion commune pour la danse. Le championnat de danse qui s’est tenu à La Réunion a été organisé par la Fédération régionale de danse, qui met en lumière toutes formes de danses qui s’articulent autour du jazz, du contemporain et du classique.

À 11 ans, Anna Echevin, 6e à l’École du Nord, qui évolue dans le classique, le jazz et le contemporain, trouve que l’enseignement qu’elle a eu à 4 ans porte à présent ses fruits. « Dans la danse, il y a d’abord le sens de l’écoute et, graduellement, on se laisse emporter par ce sentiment de bien-être. Pour ce concours, j’ai eu un prix national en danse contemporaine, un premier prix décerné à l’unanimité pour le jazz et un premier prix national avec félicitations du jury pour le classique. » Autant de nominations qui ont permis à Anna de s’assumer pleinement.

Romane Gufflet, 13 ans et 5e à l’École du Nord, a, elle, raflé trois prix consécutifs en jazz, classique et contemporain. « J’ai démarré à l’âge de 6 ans par le contemporain et le jazz et, très vite, j’ai trouvé mes repères. » Elle est rejointe par Kimaya Cortot, en CM2 à l’École du Nord également, primée en enlevant deux premiers prix (régional et national) en classique et jazz. Selon Kimaya Cortot, le championnat régional de danse de La Réunion a été comme un passage obligé. « On a chacune d’entre nous nos techniques et formations de danse. Le fait de se présenter en individuel nous a permis de mesurer nos forces et nos faiblesses. Ce n’est que du bonheur et un vrai défi. »

Quant à Fayrouz Boina, 11 ans, qui détient la double nationalité comorienne et seychelloise, elle s’est aussi distinguée en enlevant le 2e prix en classique et jazz. « On a évolué sur des chorégraphies imposées et cela nous a permis de rencontrer d’autres danseuses et de se confronter à d’autres styles. »

Cécile Gonzalez, prof de danse contemporaine et directrice de la Studio Dance School, rappelle que ce concours de danse régionale est un examen qui se tient annuellement. « On reçoit en individuel une chorégraphie par niveau et par catégorie. Chaque élève passe après le jour de l’audition en solo et pour ce présent concours, les gagnantes ont été notées par un jury français. »

Elle parlera aussi de l’investissement des élèves, qui s’entraînent très tard après leur cours. « Il y a dix ans, la Studio Dance School était sous la direction d’Eva Caillé, qui a formé ces filles depuis qu’elles ont 4 ans. Et aujourd’hui, les récompenses qui pleuvent, c’est avant tout l’aboutissement d’un travail de longue haleine. J’ai pris la relève du Studio mais en gardant les mêmes bases pédagogiques. Et pour ce présent concours, il faut reconnaître que la moisson récoltée est énorme, soit 19 premiers prix, en l’occurrence 16 nationaux et trois régionaux. » Cécile Gonzalez insiste sur le fait que la réussite ne repose pas uniquement sur le travail mais que l’accent est surtout mis sur les valeurs. « On tient en ligne de compte l’investissement des parents et le sacrifice des enfants, qui concilient leur travail d’élève avec la danse. Mais, surtout, on prône la valeur de l’enseignement de la danse, qui se situe entre le comportement que doivent adopter l’enseignant et l’élève. Notre démarche est avant tout de rester humble dans le respect des autres. »

L’art de la discipline, le vivre ensemble, l’écoute, l’importance de la tenue et la persévérance… Autant de qualités qui leur sont aussi utiles dans leur parcours scolaire, indique Cécile Gonzalez. Et de faire ressortir que la Studio Dance School est une « école de la vie ». Les autres danseuses ayant brillé lors de ce championnat à La Réunion sont Jeanne Echevin, Andelys de Poli, Sara Ruelou, Élise Corneiller et Lola Yon. « Seules six feront le déplacement pour le championnat de France, qui se tiendra à Lyon du 9 au 13 mai. » L’appel est aussi lancé aux sponsors qui souhaiteraient parrainer ces danseuses ayant porté haut les couleurs de Maurice.