MEDICAL COUNCIL—REGISTRE 2018: Le critère « formation continue » largement respecté cette fois

Environ 1500 médecins ont déjà obtenu le nombre de points obligatoire en formation continue pour figurer sur le prochain registre annuel

Le Medical Council les a prévenus sur un ton ferme en début d’année : aucun compromis au sujet des douze points obligatoires en formation continue pour figurer sur le prochain registre annuel. Alors que la grande majorité des médecins avaient pris quelque peu à la légère l’an dernier ce critère et obligeant par là-même le gouvernement à apporter une dérogation au règlement, il y a eu durant ces huit derniers mois un plus grand intérêt pour des « refreshing courses ». Plus de 60 % des médecins ont déjà obtenu les douze points requis dans le domaine de la formation continue.
On se souvient que l’entrée en vigueur du critère Continuous Development Programme l’an dernier avait donné lieu à un certain agacement et des critiques parmi un bon nombre de médecins, particulièrement ceux ayant déjà une longue carrière derrière eux. C’est ainsi qu’un millier d’entre eux n’avaient pas, à la date limite fixée par la loi, rempli le critère relatif à la formation continue.
Valeur du jour, il y a près de 2 700 médecins inscrits sur le registre du Medical Council et selon nos renseignements ils affichent une meilleure attitude vis-à-vis de la formation continue. Plus de 60 % d’entre eux auraient déjà obtenu les douze points obligatoires et les dirigeants du MC sont ravis de cette situation. « Les médecins comprennent mieux l’importance de la formation continue et graduellement adhèrent au principe du CPD que nous avons élaboré », notent-ils. « Les médecins qui ont déjà obtenu les 12 points nécessaires continuent à se former et cela est une très bonne chose », disent les responsables du MC.
Il y a une soixantaine d’organisations privées et publiques autorisées par le MC à dispenser des cours à l’intention de la profession médicale dans le cadre de ce CPD. Les responsables du MC affirment au Mauricien qu’il y a un mécanisme de contrôle de la participation réelle des médecins aux refreshing courses et pour s’assurer également de la qualité des cours dispensés. « On demande aux organisations qui donnent des cours des indications sur le contenu de leur programme. Si nous sommes satisfaits nous leur donnons le feu vert nécessaire. Dans l’ensemble il y a un bon commencement pour le CPD mais définitivement il y a des améliorations à apporter pour se hisser au niveau international », indique le Dr Kailesh Jagutpal, président du MC.
Par ailleurs, le MC prépare sa prochaine saison d’examens destinés aux futurs internes ainsi qu’à ceux qui auront complété l’internat et attendant le Certificate of Registration pour pouvoir exercer. Ces prochains examens, organisés avec la collaboration du National Board of Examinations of India (NBEI), sont prévus vers la fin du mois de novembre.
Il y a actuellement 160 nouveaux diplômés en médecine qui attendent leur tour pour l’internat dans le service hospitalier public. Mais auparavant ils doivent passer un examen écrit pour décrocher une place pour cette formation pratique. Or, quelques nouveaux diplômés lors d’une conférence de presse il y a quelques jours ont exprimé des réserves au sujet de cet examen et ont demandé aux autorités de la santé de revoir leur position sur cette question. Mais les responsables du MC sont catégoriques : « La loi doit être respectée et dans plusieurs grands pays auxquels les Mauriciens se réfèrent souvent il y a un examen d’entrée à l’internat. Ces jeunes diplômés n’ont rien à craindre s’ils ont eu un bon parcours dans leur formation en médecine ».