Météo : Maurice, La Réunion et Rodrigues sous la menace de la prochaine tempête Imelda

Selon le CMRS, Imelda deviendrait cyclone intense d'ici jeudi, et un infléchissement de sa trajectoire vers le Sud la rapprocherait des Mascareignes

Une tempête tropicale, qui devrait être baptisée Imelda, rode dans les parages et, selon plusieurs modèles de prévisions, pourrait se développer en cyclone intense et constituer une menace à la fois pour Maurice, La Réunion et Rodrigues. La trajectoire Ouest-Sud-Ouest de ce système dépressionnaire suscite déjà de l'inquiétude.
Selon le Centre météorologique de la Réunion (CMRS), la tempête, encore au stade de perturbation tropicale, se trouvait à 16 h 00, hier après-midi, au point 10,7° Sud, 71,9° Est, soit à quelque 1 800 km à l'Est-Nord-Est de Maurice. Elle se déplaçait à une vitesse de 17 km/h. Mais d'ici jeudi prochain, elle devrait avoir atteint le stade de cyclone intense. Elle devrait alors se situer dans un rayon de moins de 800 kilomètres au Nord de Maurice.

Intensification rapide à partir de mardi

Selon un bulletin d'analyse de la situation météorologique dans la région, émis par le centre réunionnais, tous les modèles numériques sont en bon accord sur la trajectoire que prendrait la tempête, même si la chronologie varie quelque peu. Le CMRS prévoit ainsi que le système pourrait se déplacer vers l'Ouest-Sud-Ouest jusqu'à mercredi sur les hautes pressions subtropicales présentes en basses altitudes troposphère. Sur cette trajectoire, il ne devrait pas s'intensifier significativement durant les prochaines 36 heures en raison d'un cisaillement d'Est persistant, généré par une dorsale de troposphère axée le long de la latitude 17° Sud. Le cisaillement est prévu de baisser nettement à partir de demain soir ou mardi. La future tempête Imelda devrait rapidement s'intensifier par la suite, grâce à de bonnes conditions environnementales (cisaillement faible du Sud-Sud-Est favorable et mise en place d'un bon canal d'évacuation).
Toujours d'après le CMRS, "en fin d'échéance (mercredi et jeudi) le système pourrait alors sensiblement s'intensifier et puis recourber vers le Sud à l'approche d'un Talweg (couloir entre deux anticyclones) de moyenne troposphère arrivant par l'Ouest et transiter au Sud".
En des termes moins techniques, selon tous les modèles de prévisions, y compris les sérieux sites Mtotec et le Joint Typhoon Warning Center (JTWC), à moins d'un affaiblissement souhaitable d'Imelda d'ici jeudi, les perspectives en ce qui concerne une détérioration sensible du temps dans notre région sont plutôt sombres. Et, un homme averti en valant deux, il serait mieux que dès maintenant la population des îles concernées se prépare. Chacune des quatre îles de la région semble être également exposée au potentiel danger.

Un scénario potentiellement catastrophique

La tempête tropicale Imelda s'est formée mercredi dernier, à l'Est-Sud-Est de Diego Garcia, soit dans une région que les météorologues chevronnés appellent dans leur jargon "l'écurie des cyclones généralement les plus dangereux de l'océan Indien". D'abord identifiée comme une zone perturbée, elle avait initialement pris une direction Est-Sud-Est qui semblait l'entraîner vers la région australienne. Elle s'est ensuite incurvée pour prendre la direction de l'Ouest de l'océan Indien. À hier après-midi, elle adoptait une tendance vers l'Ouest-Sud-Ouest.
Selon les projections des météorologues réunionnais, il y a de fortes possibilités que, arrivée presqu'au Nord de Maurice vers mardi soir, Imelda change à nouveau de trajectoire pour se diriger vers le Sud. Cela l'emmènerait à passer entre l'île Tromelin et St Brandon. Un tel scénario épargnerait Madagascar (déjà meurtrie par les cyclones qui l'ont frappée en début d'année), mais serait alors potentiellement catastrophique pour Maurice, La Réunion et Rodrigues, surtout si, conformément aux prévisions, d'ici jeudi, Imelda atteint effectivement le stade maximal de son développement, soit celui de cyclone tropical intense, avec des vents moyens compris entre 166 et 212 kilomètres autour de son œil.

Gare à l'ouragan !

Toujours dans l'inquiétante éventualité d'un infléchissement vers le Sud, certains météorologues expriment la crainte que, en s'engouffrant dans le couloir (le Talweg) entre deux anticyclones qui évoluent loin au Sud de Maurice, Imelda passe entre Rodrigues et Maurice, peut-être même plus près de la petite île. Il faut signaler que, en ce qui concerne les régions sous la menace d'un cyclone, le Centre régional de la Réunion prend toujours la précaution d'avertir que "l'enveloppe autour des trajectoires prévues (domaine de probabilité) représente l'incertitude sur la prévision pour toute échéance jusqu'à cinq jours". "On appelle l'enveloppe également cône d'incertitude. Cette enveloppe (voir la trajectoire tracée par le centre) indique que la trajectoire que va suivre le système au cours des cinq prochains jours a 75% de chances de se trouver à l'intérieur du domaine de probabilité."
Par conséquent, toujours selon le CMRS, il faut savoir que "le fait de se situer en dehors du cône d'incertitude ne signifie pas qu'il n'y a aucun risque d'être affecté par le système dépressionnaire, et ce d'autant plus que ce cône ne concerne que le centre du phénomène et ne prend pas en considération la zone, plus ou moins étendue autour du centre, des vents ou des pluies potentiellement dangereux".
Des météorologues aujourd'hui à la retraite et qui en ont tellement vu durant leur carrière mettent eux en garde contre les cyclones qui sévissent en avril et qui, selon leur expérience, sont généralement beaucoup plus proche de l'ouragan (hurricane) que de simples coups de vents.
Croisons les doigts pour que Dame Nature nous préserve d'un autre cataclysme après les pluies torrentielles meurtrières du week-end dernier !

Commentaires

ça sent le changement par ici...

All the reservoirs are reported to be full. If a high intensity storm were to hit, the rainwater normally captured by the reservoirs would have to bypass the reservoir. Are the drains downstream of the reservoirs capable of handling the high flow? If not, room should be made by discharging enough water, prior to the arrival of the storm,to allow the reservoirs to serve as stormwater management ponds. This controlled discharge would also help to clear out any loose accumulated debris(if any)clogging the drains.

Keeping in mind that the soil throughout Mauritius is likely near saturation, the runoff coefficient will be very high. Under such a condition, the storm flow would be high, even for a moderate rainfall event.