Avec la pose de la première pierre du Metro Express Train Depot à Richelieu, jeudi dernier, par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, les effets de ces investissements dans l’infrastructure du transport ne devront se faire sentir au niveau de la croissance économique qu’à partir de 2018. C’est ce que laissent comprendre des spécialistes en gestion économique, aussi bien que les derrières prévisions de Statistics Mauritius, publiées vendredi, se basant sur la performance des principaux secteurs pour le premier semestre. Ainsi, la progression de l’indice de la Gross Value Added (GVA) pour cette année est maintenue à 3,7% avec la croissance du Produit intérieur brut (PIB) demeurant sous la barre psychologique de 4%, soit 3,9% contre 3,6% l’année dernière. La principale locomotive pour cette année sera la construction, qui se targue d’un rebond de 7,5% alors que la filière des Export Oriented Enterprises devra afficher une progression symbolique, alors que le tourisme accusera un repli tout en étant au-dessus de la barre des 5%. D’autre part, cette question d’investissements a été un des principaux sujets abordés par le Country Director pour Maurice de la Banque mondiale, Mark Lundlell, lors d’une séance de travail avec le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, au cours de la semaine écoulée avec l’accent sur le potentiel d’investissements dans des secteurs émergents comme l’Ocean Economy, le port et les Logistics.