“L’abstention a joué massivement contre nous”. C’est l’une des raisons pour lesquelles la candidate du MMM, Nita Juddoo n’a pas remporté cette élection partielle. Dixit Paul Bérenger qui s’exprimait ce jeudi, entouré de l’état major mauve, face à la presse pour une analyse des résultats de la partielle Belle Rose/Quatre Bornes.  Il a reconnu que “l’effet Arvin Boolell” a été très fort durant cette élection.

Evoquant son analyse de l’issue de la partielle au No 18, le leader du MMM, soutenant que c’est l’abstention qui a joué contre le MMM, avance également que le choix de l’électorat pour Arvin Boolell est un choix uniquement envers la personnalité du candidat PTr et non de son parti. “C’est un vote pour Arvin et surtout pas un vote pour Navin Ramgoolam”, estime-t-il, avouant que “la dernière chose que je souhaite, c’est que Navin Ramgoolam revienne comme premier ministre”. Dans la foulée, le leader des Mauves affirme que malgré son alliance aux élections de 2014, il n’a jamais justifié les “conneries” de Navin Ramgoolam entre 2005 et 2014.

Paul Bérenger ajoute de même que le cafouillage qui a caractérisé le début de la campagne au N° 18 a aussi dans une certaine mesure retardé le démarrage de la campagne du MMM.  Et selon lui, il y a aucun doute que les votes obtenus par Jack Bizlall (Mouvement Premier Mai), Tania Diolle (Mouvement Politique) et Kugan Parapen (Rezistans ek Alternativ) ont été puisés du pool MMM. Comme le PTr, le MMM réclame également la tenue d’élections générales anticipées au plus vite.

Le Leader du MMM a aussi évoqué le leadership de son parti, une question discutée lors du dernier bureau politique des Mauves qui a eu lieu mardi dernier. Il y a eu un débat constructif parmi les membres du BP¨, soutient-il, avançant que le leadership du MMM a été à l’ordre du jour et que malgré la défaite, il demeure le leader du parti. “Évidemment j’assume mes responsabilités de leader. Même si nous perdons une élection, je reste à la disposition de mon parti, et les suggestions”, rappelle Paul Bérenger.

La candidate Nita Juddoo se dit satisfaite de cette élection et concède qu’elle a encore beaucoup à apprendre. « Cette élection m’a permis de connaître les Quatre-Bornais. C’était une première expérience Il est toutefois prématuré de dire où est-ce que je me représenterai lors des prochaines élections générales », dit-elle.