Rendant publique, hier après-midi, la première édition de sa nouvelle publication économique, SBM Insights, la cellule «Stratégie, Recherches et Innovation», menée par Shailen Sreekeessoon, anticipe pour cette année un taux de croissance de 3,7% pour Maurice et s’attend à voir un taux de chômage d’environ 7,8% comme en 2015.
Dans sa revue de la performance de l’économie nationale en 2015, SBM Insights observe que la croissance a été modérée en 2015 avec un taux de 3,4%. La baisse continue du ratio de l’investissement privé par rapport au Produit intérieur brut (PIB) a été un facteur contraignant. Shailen Sreekeessoon a souligné que les investisseurs locaux ne se sont pas lancés dans des projets d’envergure et dit avoir noté que la progression des crédits au secteur privé a été plus lente l’année dernière. Le responsable de la cellule «Stratégie, recherches et Innovation» a également remarqué que la croissance de la production industrielle a été très faible, soit de 0,2% seulement mais heureusement, a-t-il relevé, le secteur touristique a pu donner un coup de pouce à la croissance.
 L’analyse des secteurs, selon SBM Insights, démontre effectivement que le tourisme, les services financiers et affaires, les technologies de la communication et de l’information étaient les moteurs principaux de la croissance, alors que la construction, le sucre et le secteur manufacturier ont influé négativement sur la performance. La croissance, indique la publication, devrait remonter à 3,7% en 2016, surtout si le secteur de la construction parvient à éviter une autre année de décroissance, ce qui dépendrait de la mise en oeuvre des projets majeurs d’infrastructure publique et dans l’immobilier d’ici la fin de l’année. «Un regain d’intérêt pour la construction de nouveaux hôtels à partir du second semestre n’est aussi pas à écarter, considérant les arrivées touristiques en forte hausse. Un rebond est aussi attendu dans le secteur sucre, malgré les difficultés persistantes, tandis qu’un décollage dans l’industrie manufacturière n’est pas prévu pour l’année. Les secteurs des services devraient, en général, soutenir un niveau de croissance appréciable, sujet toutefois à des risques relatifs aux services financiers », rapporte la SBM.