Noël Callow a brisé la glace à sa deuxième semaine seulement depuis son retour au Champ de Mars. L’Australien a choisi la casaque bleu électrique qui était encore sienne l’année dernière, pour se remettre d’actualité dans l’épreuve phare de la quatrième journée 2016. Une « copy book ride » avec Reim signée Noël Callow « at his best ».
Face à un Everest qui faisait figure d’épouvantail avec une cote de Rs 220 chez les bookies, le duo reconstitué Gujadhur-Callow s’est donc rappelé aux bons souvenirs du plus vieil établissement au Champ de Mars. Une victoire pile poil pour Callow, la troisième de Gujadhur et de surcroît la deuxième (après Kremlin Captain le 2 avril) dans une épreuve phare 2016.
« He’s a horse who is no stranger to me for having ridden him once last year. We got beaten by the narrowest of margins that day by Hillbrow. He jumped well but he threw his head up a little bit and we couldn’t take the lead. With Everest taking the lead, I decided to put him on the outside of Derreck David’s horse. He however got a little bit keen. But I was happy where I was because I had the horse to beat in front of me. I knew Everest would take us far in the straight », avait confié Noël Callow à la télévision nationale.
Heureux comme un gamin après la course, Callow enleva sa toque pour la placer dans un premier temps sur la tête de Reim, avant d’essayer de la faire porter à Mukund Gujadhur, venu entre-temps le chercher sur la piste.
« Reim is a tough horse. He is quite a one-paced horse and does not zip as Tandragee does. But he holds on and never gives up. I used that to my favour. He had not too much weight on his back at it was the case when I rode him last year. He did it, that’s the most important thing », avance encore l’Australien qui a ouvert son compteur 2016.
« I rode Reim as the plan turns out. We drew 8 out of 8. He did not break as I wanted to, but he’s a game horse. Soon gonna have a lot of fun with him this season », conclut le jockey.
Relancé
Ce troisième succès relance l’entraîneur Ramapatee Gujadhur qui grappille un petit rang au classement. La casaque bleu électrique est désormais cinquième, tandis que Reim tient sa deuxième réussite sur notre hippodrome.
« Yashin (Emamdee) était in two minds. Il était tellement impressionné par Tandragee. Gopal et moi lui avons conseillé Reim. Ce n’est que lorsqu’il a monté Reim vendredi qu’il a nous dit que nous avions raison. Cela dit, je pense que c’est Callow qui a gagné la course. Je remercie Patrick et Denis de me l’avoir prêté. They can afford him, I can’t. On est très content d’avoir remporté la Coupe du Cent Cinquantenaire pour la deuxième année consécutive, coupe que nous avions remportée la saison dernière avec Bulsara. On n’avait pas beaucoup de partants dans cette quatrième journée. Remporter une course de temps en temps, ça devrait aller pour nous », rappelle Ramapatee Gujadhur.
Celui-ci, dans son analyse d’après-course, souligne avec justesse qu’« Everest est parti un peu vite. Peut-être avait-il la phobie de Reim. Aussi, en forçant le pas, je pense que cela a joué contre lui. Quoi qu’il en soit, je pense que Reim s’est beaucoup plus assagi. Il est beaucoup plus détendu. On s’attend qu’il gagne d’autres courses cette saison ».
De son représentant dans la septième course, il dira : « On n’était pas satisfait du fitness d’Evergreen. C’est la raison pour laquelle on l’a spurté deux jours, jeudi et vendredi. On n’avait pas de partants et sa participation dans la septième course s’insère plus dans l’optique d’aider le Turf Club pour meubler une course… ». Finalement, Evergreen, deuxième favori chez les bookies (Rs 340), termina sur les genoux à 21,40 longueurs du gros favori Roventas (Rs 260), ne devançant que la nouvelle unité, Ullusionaire, nettement décrochée.