Photo archive Terre-rouge

« Il y a des procédures à suivre et des enquêtes menées par la police et le ministère de la Sécurité sociale. Et comme dans le passé, le gouvernement va considérer les cas les plus méritants, répondant aux critères établis. Ce n’est qu’après les enquêtes qu’on pourra déterminer qui sont ceux qui éligibles à une compensation quelconque », avait répondu le Premier ministre au Parlement au député Aurore Perraud, députée de la circonscription Port-Louis Nord/ MontagneLongue.

C’était lors d’une question parlementaire sur les dégâts qui ont été causés après les pluies torrentielles qui s’étaient abattues sur le pays le 17 février, plus particulièrement à Terre-Rouge, Riche-Terre, Vallée-des-Prêtres, Batterie-Cassée et Cité La Cure.

Pour rappel, les victimes de ces inondations avaient encouru de grosses pertes matérielles, réfrigérateurs, meubles, matelas, matériel scolaire, denrées alimentaires. Lors des grosses averses de mercredi dernier, les maisons des habitants de Cité Roma, Terre-Rouge, ont été une nouvelle fois inondées. Les habitants de la localité ont vu l’eau monter jusqu’à leurs genoux. Riche-Terre a enregistré 156,3 mm de pluies en 24h.