Trente-trois membres de la Special Mobile Force (SMF) et du Groupement d’intervention de la police mauricienne (GIPM) ont passé avec brio le stage C4, un combat corps à corps de haute intensité, dispensé par une équipe de l’armée française dirigée par l’adjudant-chef Astoin. Lors de cet exercice, qui s’est déroulé du 26 mars au 5 avril, l’accent a été mis sur l’apprentissage en situation opérationnelle, suivant les règles d’engagement adaptées aux réalités du terrain. « Le combattant peut être amené à prendre l’ascendant puis à neutraliser une ou plusieurs personnes à main nue, à l’arme blanche ou avec son armement de service », a expliqué un des stagiaires.

Lors de la cérémonie de remise de certificats jeudi dans l’enceinte de la SMF, à Vacoas, l’adjudant-chef Astoin s’est félicité que tous les 33 stagiaires participant à cette formation aient réussi à l’épreuve. « Le C4 est un engagement physique au cours duquel le participant est mis à rude épreuve. Il est normal qu’il y ait des blessés durant l’exercice. » Il s’est dit impressionné « par les stagiaires de la SMF, qui ont des qualités et un très bon niveau physique ». Ces volontaires étaient très motivés pour apprendre. L’adjudant-chef Astoin a dit être prêt à accueillir des stagiaires à La Réunion pour d’autres séances d’entraînement.

Pour sa part, le colonel Oozeer de la SMF a indiqué que « ce stage nous a permis de raffermir nos relations professionnelles avec les forces armées de la zone sud de l’océan indien (FAZOI) ». Le haut gradé a rappelé que l’année dernière, des éléments de la SMF avaient suivi plusieurs stages à l’extérieur, notamment à Madagascar et à La Réunion. « Le 12 avril, 24 membres de la SMF seront à l’île sœur pour prendre part à “Papangue 2018”, un exercice de maintien du savoir-faire militaire », a-t-il dit. Il a aussi remercié les moniteurs français, qui « ont transmis leur savoir-faire sur les différents sujets à nos stagiaires, notamment les fondamentaux C4, la neutralisation par la tête et le maniement du couteau. »