- Publicité -

Mirella Armance, grand-mère et travailleuse social Palmar : Amour et partage en abondance

Direction Palmar à la rencontre de Mirella Armance. Cette mère de 9 filles, dont 4 adoptives, et de 9 petits-enfants, est un personnage très connu dans l’endroit. Cela fait plusieurs années que l’ancienne présidente et conseillère du village ouvre sa maison, son jardin et son coeur à des hôtes étrangers et locaux. Pour la quinquagénaire, chaque repas partagé est l’occasion de donner et de recevoir de l’amour.

- Publicité -

Trente-sept convives étaient attendus pour dîner ce jeudi. Mais pas de quoi stresser. Mirella Armance gère tout, d’une main de maître et surtout le sourire. Voilà plus de six ans qu’elle propose, deux fois par semaine, une immersion dans sa famille. Elle n’aime pas trop le terme “table d’hôte”, car que ce soient des étrangers, des locaux, la famille ou les amis, c’est toujours avec un plaisir immense que cette habitante de Palmar ouvre sa maison.

Une aventure qui a commencé par hasard lorsqu’une de ses filles, travaillant pour l’agence touristique Kappa, a raconté à sa responsable une soirée organisée par sa mère pour des Réunionnais : “La responsable a voulu en savoir plus et a demandé de me rencontrer le lendemain. Et une semaine après, j’accueillais mes premiers étrangers.”

Faut dire que le couple a évolué dans le milieu hôtelier pendant de nombreuses années. Alors que Mirella Armance était au Room service, Alain, ex-footballeur de Sunrise et médaillé d’or des Jeux des Îles 85, a pris sa retraite de l’hôtel St Géran en tant que Beach Service Manager après y avoir passé 42 ans : “Nous nous sommes connus là-bas. Nous étions le premier couple d’employés de cet hôtel à s’unir et les touristes, nous les avons toujours considérés comme nos amis.”

Dans la cour familiale, l’esprit de partage et les grandes tablées font partie du quotidien. Ce matin comme tous les autres, elle n’est pas sortie de son lit avant 9h du matin. Elle a aussi eu le temps de se faire quelques parties de jeux sur son téléphone : “Des fois, quand je vois les gens vivre chacun pour soi, je dis à mes enfants que c’est très bizarre. Mais mes filles me disent toujours que c’est plutôt notre famille qui ne mène pas une vie anormale”

Chez les Armance, une soirée pépère et monotone n’existe pas. Cela s’est davantage accentué depuis le premier lockdown, lorsque tous les autres membres de la famille ont décidé de mettre leur nourriture ensemble et de préparer chaque jour les repas dans la cuisine de Mirella : « Impossible d’imaginer ma vie sans être entourée de gens. Je dois tenir de ma mère, qui était elle aussi une dame au grand coeur. Bien que nous étions pauvres, elle accueillait toujours les gens et surtout les enfants à la maison.”

En effet, dans sa famille XXL, Mirella ne se contente pas d’accueillir les gens pour déguster ses plats typiques. Cette mère biologique de 5 filles, est aussi la mère

adoptive de 4 autres filles. “Je n’accueille pas que les étrangers, mais aussi les enfants. Mon mari et moi avions les moyens de rendre ces enfants heureux et leur offrir un meilleur avenir.” D’ailleurs, elle a fait le choix d’arrêter de travailler pour s’occuper de Christina, Anaëlle, Mélodie, Mélanie, Nadia, Anaïs, Anielle, Agnès et Alexia. Des histoires et des vécues, un autre style de famille qu’elle est fière de raconter à ceux et celles qui viennent chez elle.

Originaire de City Argy, Mirella Armance était douée pour les études. Mais, rajoute-t-elle : « enn professionnel kaper lekol”. Boursière, elle a poursuivi ses études secondaires au Couvent Lorette de Curepipe : “C’est ce collège qui a forgé ma personnalité. Et aussi mes parents qui m’ont toujours inculquée de bonnes valeurs et ont contribué à ce que je suis aujourd’hui.” Puis, c’est avec l’aide et le soutien d’Alain depuis 33 ans, qu’elle a construit sa vie de famille. “Il y a des épreuves et des difficultés, mais nous n’avons jamais lâché prise. À force de bras, nous avons franchi étape après étape.” La quinquagénaire n’a jamais eu des rêves et des désirs précis : « J’ai toujours pris la vie comme elle venait. Ariv se ki ariv. Ce qui fait notre force, c’est l’amour que nous sommes chanceux de partager en famille.”

Les ingrédients du bonheur selon Mirella Armance : énormément de compréhension, le dialogue et beaucoup d’enfants : “ Il ne faut pas attendre que d’autres nous rendent heureux. Il faut se rendre soi-même heureux et ne pas se laisser submerger par les problèmes.” conclut-elle. Celle qui a été Présidente et conseillère du village pendant les 9 dernières années pour la région de Palmar, 4 Cocos et Belle-Mare, trouve toujours du temps pour s’impliquer au niveau social ou pour bricoler. Et quand elle n’est pas aux fourneaux à mitonner son fameux gratin papaye, ses salamis et autres mets typiques, elle transmet à ses filles les recettes de ses 12 variétés de rhums arrangés, l’incontournable apéritif de sa table d’hôte.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour