(FILES) In this file photo taken on June 26, 2015 an Emirates Airbus A380 aircraft sits on the tarmac at the Bandaranaike International Airport in Katunayake. - Dubai-based Emirates airline on November 12, 2020 posted a $3.4 billion half-year loss, its first in more than three decades, saying it had been badly hit by the coronavirus lockdown that brought air transport to "a literal standstill". (Photo by Ishara S. KODIKARA / AFP)

Emirates, le fleuron aéronautique de Dubaï, a annoncé jeudi ses premières pertes semestrielles en trois décennies, sous l’effet de la pandémie de Covid-19 qui a quasiment paralysé le transport aérien.

En six mois, la compagnie a perdu 3,4 milliards de dollars (environ 2,9 milliards d’euros), indique un communiqué détaillant ses résultats.

« En raison de cette situation sans précédent pour l’industrie de l’aviation et du voyage, le groupe Emirates a enregistré une perte semestrielle pour la première fois en plus de 30 ans », a déclaré le président de la compagnie aérienne, cheikh Ahmed ben Saïd Al-Maktoum, dans le communiqué.

Par comparaison, Emirates avait enregistré des bénéfices de 235 millions de dollars (environ 200 milliards d’euros) pendant la même période en 2019, selon le communiqué.

Fondée en 1985, la compagnie n’avait pas perdu d’argent depuis 1987/88, selon une porte-parole d’Emirates.

Le chiffre d’affaires pour le premier semestre de cette année s’est établi à 3,2 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) en baisse de 75% par rapport à la même période de 2019.

Sur la période de six mois se terminant en septembre (l’année fiscale), Emirates n’a transporté que 1,5 million de passagers, soit une baisse de 95% par rapport à la même période l’année dernière.

Le transporteur a déclaré que ses résultats ont été soutenus par une « forte activité de fret ». Il a précisé avoir redéployé sa flotte pour répondre aux besoins d’approvisionnement du monde entier, y compris en matériel médical.

« Le trafic de passagers ayant disparu, Emirates et Dnata (sa branche des services aériens) ont redéployé leurs moyens pour répondre à la demande de fret et à d’autres opportunités », a déclaré cheikh Ahmed.

« Cela nous a permis de faire passer nos revenus de zéro à 26% de ce qu’ils étaient à la même époque l’année dernière », a-t-il précisé.

La plus grande compagnie du Moyen-Orient, qui exploite une flotte de 270 gros-porteurs, avait interrompu ses activités fin mars en raison du Covid-19.

– Réduction du personnel –

Elle avait repris deux semaines plus tard une activité réduite, assurant notamment des vols de rapatriement, avant d’augmenter progressivement ses liaisons après l’assouplissement des restrictions de voyage par Dubaï pour relancer son secteur touristique.

« Personne ne peut prédire l’avenir, mais nous nous attendons à une forte reprise de la demande une fois qu’un vaccin Covid-19 sera disponible, et nous nous préparons à un tel rebond », a souligné cheikh Ahmed dans le communiqué publié jeudi.

Depuis le début de la crise sanitaire, la compagnie  a annoncé plusieurs séries de suppressions d’emplois sans divulguer de chiffres.

Dans son communiqué de jeudi, elle a indiqué que le nombre d’employés du groupe Emirates, qui comprend Dnata et d’autres activités liées au transport aérien, avait été réduit de 24% pour atteindre 81.334 au 30 septembre 2020.

Avant l’apparition de la pandémie, la compagnie employait à elle seule quelque 60.000 personnes, dont 4.300 pilotes et près de 22.000 membres d’équipages de cabine, selon son dernier rapport annuel.

Le tourisme est l’un des piliers économiques de Dubaï, qui a accueilli plus de 16 millions de visiteurs l’année dernière. Avant la pandémie, l’objectif était d’atteindre 20 millions de visiteurs cette année.

Auparavant, Emirats desservaient un réseau mondial couvrant plus de 158 destinations dans 84 pays. Actuellement, la compagnie dessert 99 destinations.

mah-sls/mh/vl