Photo illustration

Des importateurs de produits locaux se plaignent des frais additionnels que réclament les compagnies maritimes. Raison invoquée : leurs containers, qui sont restés bloqués dans le port durant par la période de confinement à Maurice. Les importateurs s’interrogent maintenant sur l’impact sur le prix de vente de certains produits.

Ces derniers ne voient d’autant pas d’un bon œil cette situation que le gouvernement a enlevé le frais d’ancrage jusqu’au 30 juin. Ils craignent de fait que les produits qui seront mis en vente accusent une hausse des prix substantielle, d’autant plus que le dollar est en hausse.

Les importateurs locaux soutiennent qu’ils ne doivent pas être tenus responsables de la situation, car ils n’ont pu prendre livraison de leurs produits en raison du couvre-feu sanitaire. Selon eux, durant toute la période de confinement, ils ont dû encourir les frais de stockage (“storage fee”) à la Cargo Handling Corporation, car ils ne pouvaient pas prendre livraison de leurs produits.

« Les compagnies maritimes réclament de leur côté le “demurrage fee” pour leurs containers. Nous avons pu négocier avec le gouvernement pour ne pas payer les “port chargers” pendant un certain temps, mais maintenant, on nous demande de payer les frais portuaires. Les compagnies maritimes sont en train de nous réclamer entre USD 200 000 et 300 000, soit environ Rs 10 millions », souligne un importateur de véhicules.

Face à cette situation, ce dernier souligne que, dans d’autres pays, des gouvernements prennent le taureau par les cornes afin d’éviter une éventuelle hausse des prix en raison des frais maritimes additionnels. « Le gouvernement indien, par exemple, est en train de demander d’enlever ses frais additionnels, faute de quoi il suspendra le permis de ces compagnies maritimes. J’ai eu l’occasion de négocier avec un haut cadre d’une compagnie maritime. Je lui ai fait comprendre que les compagnies maritimes n’ont pas été si affectées que les compagnies d’aviation. Malgré la hausse du dollar et le coût du fret, j’ai accepté de payer de USD 1 000 à 1 500 par container et le gouvernement de Maurice a décidé d’accorder des facilités incitatives aux compagnies maritimes jusqu’au 30 juin. Mais elles affirment avoir perdu des commandes car les containers sont restés bloqués. Pour moi, c’est un abus, car il y a eu un cas de force majeure à Maurice », a-t-il laissé entendre.

Il est à noter que dans le dernier budget, le gouvernement a accordé plusieurs facilités dans le port. Les droits portuaires et les frais de manutention au terminal pour les exportations seront ainsi supprimés de juillet à décembre 2020, puis réduits de 50% de janvier à juin 2021. Le Freight Rebate Scheme, lui, a été étendu pour les exportations vers l’Afrique, et le Trade Promotion and Marketing Scheme pour les exportations vers le Japon, l’Australie, le Canada et le Moyen-Orient.