Immenses favoris avant la compétition, renforcés sur le papier par le retour inattendu de Karim Benzema et victorieux du « groupe de la mort » devant l’Allemagne et le Portugal au 1er tour, les Bleus ont brusquement pris la poussière dans la capitale roumaine, au bout d’un huitième totalement indécis qui envoie la Suisse affronter l’Espagne vendredi à Saint-Pétersbourg.

Les 22 642 spectateurs de la National Arena garderont des souvenirs impérissables de cette séance de tirs au but, couronnée par la tentative manquée de Kylian Mbappé, le plus malheureux des Tricolores, qui termine l’Euro sans but au compteur.

« La tristesse est immense après cette élimination. Je suis désolé pour ce penalty. J’ai voulu aider l’équipe mais j’ai échoué », a écrit Mbappé sur ses réseaux sociaux.

La France nourrira d’immenses regrets, et beaucoup d’incompréhension. Eteinte pendant 55 minutes, flamboyante pendant les 25 suivantes, méconnaissable durant le dernier quart d’heure et exténuée en prolongation, la sélection championne du monde sera passée par toutes les émotions.

Mais c’est bien la tristesse et l’abattement qui la dominent après 120 minutes d’une bataille intense, entre exploits flamboyants et erreurs défensives manifestes.

« Il faudra le temps de digérer mais c’est sans doute qu’on ne méritait pas plus », a regretté le sélectionneur français Didier Deschamps.

Sous contrat jusqu’au Mondial-2022, il a estimé que son avenir n’était « pas la question » et a donné rendez-vous au prochain rassemblement des Bleus en septembre.

« Le seul regret qu’on peut avoir, c’est qu’à 3-1, on doit certainement mieux gérer le match », a estimé le gardien et capitaine français Hugo Lloris.