Les Casernes Centrales

Me Hurhangee sollicite l’intervention de la Cour suprême face à un ultimatum du Central CID pour interrogatoire dans une enquête de Conspiracy suite à une déposition de ce même Shameem

La SherryGate, avec de graves allégations proférées à l’encontre d’un des Top Chefs de Lakwizinn du Prime Minister’ Office et exerçant également à la Telecom Tower, Sherry Singh, qui avait animé une partie de la dernière campagne électorale, revient à l’avant-plan. Soit quasiment un an après. La raison est que cette affaire a été Revisited à la manière de Rakesh Gooljaury, le Blue-Eyed Boy du MSM, qui se fait Low Profile depuis ces derniers temps. En effet, le dénommé Shameem Korimboccus, connu sous le nom de Shameem Onenonly, qui avait voué une hostlité politique sans borne à l’encontre du clan des Jugnauth, aurait consigné une déposition au Central CID pour faire état d’un soi-disant complot ourdi pour porter atteinte à l’intégrité du Chief Executive Officer de Mauritius Telecom et proche des Jugnauth avec une interview diffusée à l’époque sur TopTV. Le principal intervenant dans cette émission est un dénommé Deepak Persand, aussi connu sous le nom de Kailesh Persand, allègue avoir remis des commissions à trois reprises en vue de décrocher des contrats pour la pose de fibres optiques ou encore pour assurer l’importation de la main-d’œuvre étrangère.

Jusqu’ici, l’enquête du Central CID, suite à une déposition consignée par Sherry Singh, n’aurait pas avancé car lors de son interrogatoire à la Cyber Crime Unit, Deepak Persand avait maintenu les allégations proférées tout en avançant que “my sayings in the TOPTV videos can be verified for I know it contains the truth.” Dans un affidavit juré, vendredi, le même Persand ajoute que “however the Cyber Crime Unit (…) has made it clear to me that they are not interested in my truths but only protecting those (…)”

Toutefois, près avoir traîné sa bosse dans les rangs de l’opposition, le temps de la campagne électorale, et une tentative de chercher asile politique en Grande-Bretagne en décembre 2019, soit au lendemain des élections générales du 7 novembre 2019, le dénommé Shameem Onenonly, qui avait été expulsé des Émirats arabes unis l’année dernière, aurait récemment conclu un deal pour changer de casaque et dénoncer les responsables de TopFM, deux avocats, Mes Ashley Hurhangee et Samad Golamaullly, et un leader politique de l’opposition dans ce complot au sujet de la diffusion des allégations de corruption contre  Sherry Singh.

Avec les dénonciations du disciple de Rakesh Gooljaury, la Cyber Crime Unit a rouvert le dossier en convoquant une première fois Me Hurhangee pour interrogatoire jeudi dernier “as the Central CID is presently investigating into a case of conspiracy.” Sentant le coup fourré, Me Hurhangee, qui a retenu les services de Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, a juré un affidavit, vendredi, pour réclamer l’intervention de la Cour suprême sous forme d’injonction contre le Central CID au sujet de l’interrogatoire vu qu’il a été sommé de se présenter aux Casernes centrales, demain.

La demande de l’homme de loi contre la police devra être entendue, demain, par la juge Jane Poon. L’affidavit de Me Hurhangee, qui comprend une série de documents en annexe, dont la demande d’asile politique de Shameem Onenonly sur le formulaire UK Visas & Immigration, contenant de graves accusations contre des VVIP du gouvernement de L’Alliance Morisien ou encore des membres de leurs familles, est des plus incendiaires sur le plan politique. Le dénommé Shameem dit détenir des preuves sous forme d’enregistrements vidéo  pour soutenir ses allégations contre des membres du gouvernement. Il allègue dans sa demande d’asile que “I was a target by the Mauritius Government because I was making and sharing videos on Facebook making fun of the Mauritius Government. The Mauritius Government got the informations that I hold some informations and videos which could be fatal to the Mauritius Government.”

Tout d’un coup, en juillet dernier, en dépit de ses craintes pour sa sécuruté personnelle, Shameem Onenonly devait abandonner les procédures d’asile politique pour rentrer à Maurice et, subséquemment, consigner une déposition de dénonciations pour complot contre Sherry Singh. Au vu de la séquence des événements, Me Hurhangee avance que “I am in doubt that Mr Shameem Korimbocus is being fed, housed and financed lavishly as an incentive and as part of the deal to falsely implicate me, Mr Golamaully, Mr Persand, Mr Mervin Betun, Mr Kris Kaunhye and Dr Navinchandra Ramgoolam in a conspiracy that has never taken place and does not exist and is of pure and utter fabrication.”

Affaire à suivre vu les protagonistes engagés…