Une charge provisoire de blanchiment d’argent a été logée contre Alain Hao Thyn Voon, directeur de PadCo. Convoqué par la Commission anti corruption ce mardi 29 septembre dans le cadre de l’enquête sur le St-Louis Gate, il a été placé en état d’arrestation et traduit en cour intermédiaire.

L’Icac ayant objecté à sa libération conditionnelle, Alain Hao Thyn Voon a été conduit en détention policière. Il comparaîtra de nouveau le jeudi 1er octobre.

Il s’agit de la deuxième arrestation dans cette enquête sur ce scandale politico-financier. Le 4 septembre, Bertrand Lagesse, représentant de la firme danoise Burmeister and Wain Scandinavian Contractor (BWSC), avait été arrêté par la commission anticorruption.

En cour, une charge provisoire de Money Laundering a été retenue contre Bertrand Lagesse. Il a obtenu la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 300 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 2 millions.

Pour rappel, des pots-de-vin sont soupçonnés d’avoir été remis à de haut officiels mauriciens en vue de favoriser la firme danoise BWSC dans un exercice d’appel d’offres pour le développement de la centrale thermique de St-Louis.

La firme danoise avait averti la Banque africaine de développement (BAD), bailleurs de fonds de ce projet de développement, de « pratiques corruptrices » impliquant ses employés – certains d’entre eux ont été renvoyés et d’autres remis à la police.

Après enquête, la BAD transmis une partie de ses findings au bureau du Premier ministre. Le chef du gouvernement devait révoquer son Vice-premier ministre et ministre de l’Energie, Ivan Collendavelloo, cité dans le document soumis par la BAD.