Le ministère des Services financiers donnera des instructions au bureau de l’Attorney General pour la préparation d’une nouvelle législation concernant la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Le cabinet ministériel a, en effet, accepté que le ministère de tutelle prenne les dispositions nécessaires pour la mise en oeuvre de ce projet de loi.

Cette décision du cabinet a pour objectif de proposer et de modifier divers textes législatifs en vue de renforcer les dispositions légales existantes pour mieux lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Pour rappel, le 6 mai, un document, vu par Reuters, révèle que la Commission européenne vise à inclure à partir du 1er octobre Maurice sur la liste noire de « high risk third countries ».

Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a par la suite déclaré que cette liste n’était qu’une proposition émanant de la Commission européenne et qu’elle n’a pas encore été avalisée par le parlement et le Conseil européens.

« A ce jour, la liste n’a pas force de loi. Preuve s’il en est, la loi européenne stipule clairement que le Delegated Regulation doit être soumis à un processus de double ratification, de la part du Parlement Européen et du Conseil ».

Lors d’une PNQ lui étant adressée sur le sujet, Renganaden Padayachy a soutenu que « cette affaire relève d’un problème d’ordre national et pas d’un problème politique », et a sollicité « un effort de l’opposition pour trouver une solution à ce problème au lieu de glousser ».