« Nou pe demann eleksyon zeneral antisipe ». C’est ce que réclame l’Alliance de l’Espoir réunissant les trois leaders Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger, Roshi Bhadain, du PMSD, du MMM et du RP respectivement et l’ancien ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha. En conférence de presse ce samedi 10 juillet, ils parlent de « médiocrité du gouvernement » face à la situation économique du pays.

Le leader de l’Opposition, Xavier Luc Duval, est catégorique. « Le gouvernement est responsable de la situation économique critique, entre, hausses de prix, chômage et la situation des ménages. Il affirme que « notre constat est que la situation est grave dans le pays, la situation des ménages s’est aggravée et la dépréciation de la roupie, ne fait que commencer selon Padayachy lui-même ». « Le grand gagnant de cette dépréciation de la roupie, c’est uniquement la Banque de Maurice », fustige-t-il.

Concernant les subventions sur les prix de certaines denrées de base, annoncées par Pravind Jugnauth à l’Assemblée Nationale ce vendredi, XLD déclare que « c’est un coup d’épée dans l’eau ». 

Paul Bérenger annonce que dans les semaines à venir, il faudra s’attendre à une unité de l’opposition au Parlement, y compris avec le Parti Travailliste. « Nous réclamons les élections générales sans plus tarder ». Selon le leader des mauves, le Premier ministre est venu avec des « pseudos mesures qui ne marcheront pas ». Bérenger n’a pas manqué d’attirer l’attention sur les lacunes présentes, dans le projet de loi;  Social Contribution and Social Benefits Bill, prévu pour le first reading mardi prochain, qui selon lui, « est la traduction de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) dans une confusion », déclare-t-il.

Nando Bodha, a évoqué l’importance d’une nouvelle équipe et d’un nouveau souffle à la tête du pays. Il a brossé un tableau sombre de la gestion du gouvernement, qui se résume selon lui à un « cafouillage », entre les cas positifs à la Covid-19 grandissants, les variants du virus, des établissements scolaires fermés et la flambée des prix des produits alimentaires.  Il est d’avis que nous faisons face à une crise de leadership et de crise sociale,  « parski nou pa pe kone dan ki direksyon nou pe ale, zot kompletman depase », soutient-il. Un point soutenu par le leader du Reform party, Roshi Bhadain. « Le pire est à venir. Si cette situation continue, notre pays risque de couler », prévient-il. Il revient également sur le fait d’avoir mis en garde le gouvernement sur les réserves de la Banque de Maurice. « Nou ti dir ki tou bann importasyon pou vinn bocou pli ser.  Ki bizin arive plis ki sa dan enn pei pou demann sanzman enn gouverman-la ? », s’interroge-t-il.