- Publicité -

Entente de l’Espoir : « Il faut une purge au sein de la police »

Face à la presse ce samedi 4 juin, les dirigeants de l’Entente de l’Espoir sont unanimes : « Il faut une purge au sein de la police ».

- Publicité -

L’Entente de l’Espoir a commenté deux des actualités phares du moment, soit les récents cas de brutalité policière et la présentation du Budget 2022/2023 de ce mardi.

Le leader de l’opposition et du PMSD, Xavier-Luc Duval, se dit inquiet de la réputation de Maurice à l’étranger ainsi que l’avenir touristique. Ce dernier affirme avoir envoyé une lettre aux Nations unies pour dénoncer ces cas de tortures et demander une aide de leur part sur comment enquêter sur ces pratiques.

« Nous réclamons la révocation immédiate de Heman Jangi, patron du CCID, pour cover-up de toute cette affaire et qui a failli à son devoir », a fait comprendre XLD.

Quant à la présentation du Budget 2022/2023, le leader de l’opposition affirme que les précédents budgets ont toujours été « une liste de projets de construction ». Il ne s’attend donc à rien de plus que ça.

« La priorité est de soulager la population en rétablissant la pension à sa juste valeur, revoir le salaire minimum et baisser le prix de l’essence », souhaite XLD.

Pour le leader du MMM, Paul Bérenger, évoquant la torture policière, Pravind Jugnauth est le premier responsable en tant que Premier ministre. « Son gouvernement a pourri toutes les institutions à Maurice. Il y a cinq ancien chefs juges qualifiés pour instituer une commission d’enquête et faire des recommandations », a avancé Paul Bérenger.

Nando Bodha, du Rassemblement Mauricien, souhaite, en vue du Budget, « une volonté politique » afin de résoudre les problème du pays, dont l’endettement.

« Il faut revoir nos priorités et arrêter de manipuler les chiffres », a déclaré le leader du RM.

Enfin, le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, a fait état de la frustration de certains policiers lorsqu’il s’agit de promotion au sein de la force policière. « Certains ont 34 ans d’expérience et les qualifications nécessaire pour être promus. Mais lorsque la liste est envoyée au PMO, certains des noms sont enlevés », a indiqué Roshi Bhadain, ajoutant que lorsque le régime actuel ne sera plus au pouvoir, les choses changeront au niveau des promotion de la police.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour