- Publicité -

Politique : boudant l’alliance de l’opposition, le PTR désigne le MSM comme « seul adversaire »

« Notre adversaire, c’est seul le MSM », a fait comprendre le leader du PTr, Navin Ramgoolam.

- Publicité -

Au terme du bureau politique de ce lundi 19 juillet, le PTr a relevé que « notre adversaire n’est pas Xavier-Luc Duval, Nando Bodha, Paul Bérenger ou Roshi Bhadain. C’est le MSM ».

Navin Ramgoolam d’ajouter que le MSM « détruit ce pays ».

Malgré cette position prise à l’encontre du parti au pouvoir, le PTr devait toutefois garder une certaine distance auprès des partis de l’opposition, regroupés sous la bannière de l’Alliance de l’Espoir.

« Nous n’avons conclu aucune entente auprès d’autres partis », a soutenu Navin Ramgoolam, en parlant cependant d’une « collaboration » au sein du parlement. « Nou pa’nn rod okenn lantant ‘ek personn. Se bann-la ki pe rod nou la. Se zot ki pe pran linisiativ; se gras a nou sa linisiativ-la ».

Le leader des rouges devait également pointer du doigt l’intention du ministre démissionnaire, Nando Bodha, de créer une nouvelle formation politique. « Nando pe vinn dir ki li pe rasanble. Kot li’nn rasanble? Se mwa ki rasanble », s’est félicité Navin Ramgoolam.

« Nous n’acceptons aucune humiliation de personne. Nous ne sommes pas dictés par les autres. Nou konn nou lafors. Nous garderons notre autonomie. Il n’y a aucune alliance », a-t-il maintenu.

« Se zot ki pe rod nou (…) Nou dir thanks, but no thanks », a-t-il conclu à ce chapitre.

Covid, éducation, Padayachy…

S’agissant de la situation de la Covid-19 dans l’île, l’ancien Premier ministre a avancé que « j’avais prévenu » des dangers « d’une troisième vague ».

Il a fait état de ce qu’il qualifie « d’insouciance » de la ministre de l’Education. « La vie de nos étudiants est en péril », devait-il soutenir.

Le leader du PTr observe, par ailleurs, que le Contact Tracing du gouvernement est « inefficace ». D’ajouter que « ce n’est pas le moment de jouer avec la santé de tout un peuple ».

A cet effet, il a soutenu, concernant la réouverture des frontières, que « j’ai peur que s’ils continuent ainsi, le variant Delta fera des ravages ».

Le Speakership de Sooroojdev Phookeer a également été remis en question, et ce, « dans l’intérêt du public ».

Evoquant les derniers incidents survenus au sein du parlement, Navin Ramgoolam promet que des changements y seront apportés « si le PTr revient au pouvoir ».

Revenant sur la révision du système de pension avec la mise en place de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), l’ancien Premier ministre a décrit « d’insoutenable » ce projet du gouvernement MSM.

« Il n’y a aucune logique financière », s’est-il offusqué, d’autant que, dit-il, il subsiste une différence entre les secteurs public et privé dans ce projet de loi.

La CSG, a-t-il poursuivi, est une véritable bombe à retardement, reprenant ainsi le terme retenu par l’Alliance de l’Espoir. Et de rajouter que « nous avons un Padayachee qui ‘mislead’ la population ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour