Des conseillers du village de Chemin-Grenier et des volontaires faisant partie du Groupement pour le progrès de Chemin-Grenier (GPCG) ont décidé de mener campagne pour rénover, remplacer ou démolir carrément tous les bâtiments qui tombent en ruine dans la localité et qui représentent un risque pour les habitants. Une mobilisation pour se refaire une beauté à l’intention de ses habitants.

« Nous sommes tristes et en colère de constater que plusieurs vieux bâtiments abandonnés font honte à notre village. Ils sont tombés en ruine et sont fermés depuis plusieurs années. Leurs propriétaires doivent prendre une décision. Ils doivent prendre leurs responsabilités », déclare Vedanand Nathoo, conseiller du village de Chemin-Grenier, qui soutient qu’il n’est pas question de laisser perdurer cette situation. Il cite l’ancienne salle de cinéma Lotus, qui était un lieu incontournable pour les amoureux du septième art indien dans les années 60, devenu aujourd’hui un refuge pour malfrats et drogués. « Bann vie tol pouri ki anpandan reprezant enn risk enorm pou bann abitan ki travers la toulezour », dit-il.

Des riverains ont fait entendre leurs voix en plusieurs occasions à cet égard. Car, comme d’autres endroits du pays, Chemin Grenier n’est pas épargné du fléau de la drogue et la délinquance juvénile. « Pas plus tard que la semaine dernière, quelques conseillers et moi, nous nous sommes rendus dans un quartier à Chemin-Grenier pour demander à certains parents de discipliner leurs enfants qui ne vont pas à l’école et ont un comportement anormal. Ces enfants se montrent très agressifs », fait part Vedanand Nathoo. Il demande aux autorités d’avoir un œil sur les commerçants de la localité qui ouvrent leur boutique à six heures du matin pour accueillir les alcooliques. « Bizin met enn frin asa pou evit bann dram familial. »

Vedanand Nathoo fait aussi état d’un vieux bâtiment abandonné qui se trouve à la croisée du village,  constituant une pollution visuelle. D’où l’initiative des conseillers, avec des volontaires de Chemin-Grenier, de nettoyer un terrain abandonné pour le convertir en un terrain de pétanque.

Dev Dharma, membre du GPCG, a eu l’idée en début d’année de créer une synergie avec le centre social de la localité, le centre communautaire, le centre Jeannette, les clubs sportifs, et des étudiants, entre autres, pour travailler dans l’intérêt de tous les habitants de cette région. « Nous avons beaucoup de défis à relever, notamment pour combattre le fléau de la drogue, de l’alcool, la pauvreté, préserver notre environnement, organiser des activités pour les jeunes, les moins jeunes, les personnes du troisième âge, les enfants autrement capables. Malheureusement, le Covid-19 nous a forcés à mettre un frein à nos actions et a causé un ralentissement de nos activités. Une chose est sûre, nous allons mobiliser toutes les ressources disponibles pour travailler non pas seulement pour, mais avec les habitants de la localité. Nous allons nous y mettre avec les moyens qui ont été mis à notre disposition », ajoute-t-il. Un projet envisagé est la mise en place d’un jardin d’enfants à Chemin-Grenier.

Dev Dharma est toutefois satisfait de constater que la construction d’un nouveau marché, au coût de Rs 125 millions, débutera bientôt à l’entrée du village de Chamouny. La pose de la première pierre qui devait avoir lieu la semaine dernière a été reportée. Ce marché, d’une superficie d’environ 6 000 mètres carrés, comprendra plus d’une centaine d’étals pour la vente de légumes, plus de 150 pour les vêtements, un grand espace pour les produits artisanaux et une aire de stationnement pouvant accueillir plus de 300 véhicules.

Dev Dharma déclare qu’à la fin des travaux seront complétés et l’installation des commerçants, le problème d’embouteillage dans le village pourra être résolu. « Faute de terrain, aucun aménagement n’est possible. Nous avons déjà approché un important propriétaire de terrain dans la région pour réaliser nos projets. Il nous a dit qu’il ne pourra rien faire, même pas nous céder une perche. Tout cela pour vous dire que nous faisons face à un gros problème d’espace. »

Un ex-conseiller  propose une réunion entre les cadres de la National Development Unit, le conseil de district de Savanne et d’autres parties concernées pour étudier et proposer un plan d’aménagement sur l’ensemble de la région. L’appel d’offres pour ce projet a été lancé en 2009 et le début des travaux a été annoncé en plusieurs occasions et renvoyé.

La construction d’un nouveau Village Hall est un projet cher au GPCG pour remplacer celui qui avait été construit en 1963, soit le plus ancien de l’île. Le nouveau sera construit là où se trouve l’actuel marché de Chemin-Grenier, à proximité de l’aire réservée aux taxis.

Parmi les autres projets prioritaires, il y a la rénovation de trois drains rues New Mosque, Ernest Lemaire et à Camp Jeannette, le réasphaltage des rues abîmées, l’amélioration du service de voirie et le remplacement des lampes défectueuses. Pour rappel, lors des inondations en avril de cette année, des habitants de ces trois quartiers ont dû évacuer l’eau qui avait envahi leurs maisons. « Ti bien difisil pou sa bann fami la », se rappelle le conseiller Dharma.

Laurette Frappier, engagé dans le social dans la région depuis plus de 30 ans, met  aussi la main à la pâte pour faire avancer les choses. « Je fais de mon mieux pour apporter ma contribution au développement du village, aider les plus démunis, plus particulièrement les femmes. Je suis venu en aide à la famille Germain de Camp-Charlot dont la maison avait été détruite après les grosses averses du dimanche 29 août », confie-t-il.