Alors que le mandat des conseillers des cinq villes est déjà arrivé à terme avec le début de la campagne pour les prochaines élections municipales déjà engagées, trois anciens édiles, élus sous la bannière de Lalyans Lepep ont saisi la Cour suprême pour une contestation. Deux ex-conseillers municipaux à Curepipe, Anuraja Bhinda ( MSM) et Ashley Mungapen (Muvman Liberater), et Maynanda Rajaratnam, ex-conseiller municipal du MSM à Vacoas-Phoenix, ont logé une motion  par voix d’affidavit en Cour suprême vu que leurs sièges respectifs ont été déclarés vacants, le 13 août dernier. Ils ont perdu leurs sièges car ils ont quitté leurs anciens pour rallier le parti Rassemblement Mauricien de Nando Bodha. Ils avancent toutefois n’avoir jamais démissionné des instances de leurs partis et souhaitent renverser la décision déclarant leurs sièges de conseillers municipaux vacants.

Ces trois ex-conseillers municipaux, par le biais d’un affidavit rédigé par Me Kaviraj Bokhoree, avoué, évoquent une « décision arbitraire» du Chief Executive des mairies concernées car ils disent n’avoir jamais démissionné de leurs partis  ni ont l’intention de le faire. Ils ajoutent qu’ils n’ont à aucun moment été expulsés de leurs partis.

Ils avancent avoir participé aux élections municipales du 14 juin 2015 au sein de l’alliance MSM/ML/PMSD, représentés sous la bannière de L’Alliance Lepep. Ils ont tous trois alors prêté serment comme conseillers municipaux entre le 23 et le 25 juin 2015. Ils avancent tous trois avoir toujours été loyaux envers leurs partis et qu’ils ont toujours été présents au conseil municipal où ils avaient été élus.

Ainsi, ces édiles, qui ont perdu leurs sièges s’appesantissent sur le fait que la décision de déclarer leurs sièges vacants est sans aucune raison valable et illégale est arbitraire. Dans leur motion, ils demandent à la Cour suprême d’annuler cette révocation et de bloquer les procédures pour le choix de nouveaux conseillers municipaux en remplacement.  La motion des ex-conseillers municipaux, faite en vertu de l’article 39(3) de la Local Government Act 2011, sera appelée devant le chef juge, Asraf Caunhye, le 13 septembre.

Maynanda Rajaratnam soutient avoir pris la deuxième place lors des élections municipales du 15 juin 2015, au Ward 2 dans la ville de Vacoas-Phoenix. Il ajoute qu’il est un membre du Mouvement Socialiste Militant (MSM) depuis sa création il y a environ 38 années de cela. Il maintient n’avoir à aucun moment soumis sa démission du parti, étant toujours un membre actif du comité central.

Il avance aussi avoir occupé plusieurs postes au sein des comités de la mairie de Vacoas-Phoenix et qu’il s’est toujours mis au service de son Ward, où il avait été élu et des habitants de Vacoas-Phoenix.

Ashley Mungapen, du Muvman Liberater, qui avait pris la troisième place dans le Ward 2 à Curepipe, déclare avoir toujours juré fidélité au ML, ce depuis avril 2015, ayant été un membre du comité exécutif du parti.

Anuraja Bhinda avait été élu en deuxième position lors des élections municipales dans l’arrondissement No 2 à Curepipe. Il avance être toujours actif au sein du MSM, ayant été récemment le secrétaire du Regional Executive Committee du parti pour la circonscription No 16.

Ces trois ex-conseillers municpaux soutiennent ainsi que la décision de déclarer leurs sièges vacants est « irrationnelle et déraisonnable» car ils ont été « élus démocratiquement». Ils souhaitent ainsi que la Cour suprême intervienne pour les rétablir dans leurs droits démocratiques.