Photo illustration

La famille d’Air Mauritius a perdu en l’espace d’un mois quatre membres de son personnel, plus précisément faisant partie de l’équipage naviguant. Après Claudia Kwan Tat, le 16 février dernier, cette semaine, ce sont Prescilla Baichoo, Senior Flight Purser, IsabelleL’Olive Hofman, Former Flight Purser, et le Captain Alan Slade qui s’en sont allés. Une épreuve douloureuse pour leurs proches, mais aussi pour leurs collègues, qui sont nombreux à témoigner sur la Toile, de la tristesse dans laquelle ces décès plongent le personnel d’Air Mauritius, déjà bien secoué par les mauvaises nouvelles de la compagnie aérienne nationale. Une vidéo  a même été créée pour rendre hommage à ces soldats d’Air Mauritius, partis subitement.

Il y a un mois, la longue maladie qui l’avait foudroyée emportait la belle Claudia Kwan Tat, 45 ans. Ses collègues sur le Net témoignent de la gentillesse d’une hôtesse de l’air, rigoureuse et très professionnelle, amicale et au sourire chaleureux qui leur manque à tous. Un de ses ex-collègues se souvient encore des paroles bienveillantes qu’a eues Claudia Kwan Tat à son égard il y a un an à peine. C’était l’année dernière. Il effectuait son dernier vol et elle voyageait pour des raisons médicales. «Elle m’a dit la vie est trop courte. Profites de la vie, mon ami», dit-il, se remémorant de son beau sourire et de sa bonne humeur contagieuse.

Un mois plus tard, c’est une autre collègue, au sourire inoubliable également, qui s’en est allée. Le décès de la senior flight purser, Prescilla Baichoo a surpris plus d’un. Âgée de 52 ans, elle était en bonne santé. C’est pourquoi son décès, survenu deux semaines après qu’elle se soit fait vacciner contre la Covid-19 a alimenté de folles rumeurs. Elle avait effectué son dernier vol vers Mumbai, Inde, il y a sept jours. Et devait faire son test Covid PCR mercredi. Toutefois, ce jour-là, c’est une autopsie qu’elle a subie et qui a conclu qu’elle a été victime d’une «left ventricular failure». Cette triste nouvelle a provoqué un vif émoi au sein du personnel navigant d’Air Mauritius où travaille également son mari, Mickael, lui aussi membre de l’équipage. D’autant que Prescilla Baichoo était connue par ses collègues pour être en bonne santé, puisque son dernier examen médical annuel obligatoire n’avait montré aucun dysfonctionnement cardiaque. Tous se souviennent d’elle comme d’une personne formidable et très positive. «Elle avait non seulement une belle voix, mais surtout un beau sourire qui transmettait la positivité», se souvient un de ses amis.

Le pilote de gros porteurs meurt dans un crash d’ULM

A peine, la nouvelle concernant le décès de Prescilla Baichoo commençait-elle à se répandre que celui du décès d’IsabelleL’Olive – Hofman s’ébruitait également. La jeune Mauricienne, elle, est morte en Belgique où elle a dû s’exiler pour suivre son mari le capitaine Patrick Hofman. Cette nouvelle également a choqué la famille du personnel navigant. Si IsabelleL’Olive – Hofman avait changé de métier, à son compte, tous au sein de la compagnie d’aviation nationale se souviennent d’elle comme hôtesse de l’air. Et surtout, outre sa gentillesse, de sa bonne humeur communicative qu’elle transmettait autour d’elle, avec un simple sourire.

Une autre triste nouvelle a frappé la famille du personnel navigant avec le décès du Captain Alan Slade, un jour plus tard. Le Captain Slade est décédé mercredi alors qu’il effectuait, selon les informations disponibles, un vol en ULM, en Afrique du Sud. Les recherches sont en cours pour déterminer les causes de cet accident. Un accident qui surprend plus d’un de ses collègues qui témoignent d’un professionnel «très rigoureux». Pour avoir souvent été sur ses vols, un ancien chef de cabine se remémore d’un Captain Slade «très à cheval sur les procédures, mais qui n’était jamais excessif dans sa façon de faire».

Ces quatre décès, survenus en un mois, laissent un grand vide dans la famille du personnel navigant de MK. «En tant que personnel navigant, nous avons tous des liens très forts entre nous. Et perdre l’un d’entre nous est une véritable épreuve. Surtout quand on reçoit ce genre de nouvelles en plein confinement et, qui plus est, quand on a à faire face à une cascade de décès les uns derrière les autres. Ce qui ne manque pas de soulever une certaine inquiétude concernant la loi des séries», disent les employés d’Air Mauritius.