« Le traitement des déchets pourra être un pilier économique ». Tel est l’avis du ministre de l’Environnement, Kavi Ramano, qui distribuait jeudi des bacs à compost à une quarantaine d’Ong. Selon lui, le gouvernement accorde « une attention particulière » à l’économie circulaire. « D’une économie linéaire, on va passer à celle dite circulaire. Avant, on collectait les déchets et on les brûlait. Ensuite, on les collectait pour les enfouir à Mare-Chicose. Aujourd’hui, Mare-Chicose est à un point de saturation. On récolte environ 540 000 tonnes de déchets, mais il ne faut pas prendre les déchets comme une fatalité », estime-t-il. Si une fois qu’un produit parvenu à terme de sa durée d’utilisation, on l’utilise comme intrant, cela pourrait être bénéfique à l’économie. « Le gouvernement sera un peu la cheville ouvrière de cette économie circulaire », dit-il.

Le ministre a de même annoncé pour l’avenir un système de tri de déchets à Maurice, avec un certain nombre de poubelles à cette fin pour chaque ménage. « Il y aura une poubelle pour les déchets organiques, une pour les objets recyclables. Les déchets organiques seront acheminés vers les centres de compostage, alors que les autres poubelles, vers les centres de tri pour être acheminés ensuite vers les centres de recyclage », explique-t-il.

Alors, dit-il, le traitement des déchets pourra constituer un pilier économique. « Nous encourageons le secteur privé à investir dans ce nouveau créneau. Nous sommes en pourparlers avec Business Mauritius et la Chambre de Commerce. Il faut que nous commencions à faire de sorte que le compostage fasse partie de notre quotidien », dit-il.