- Publicité -

Exposition temporaire en octobre : L’Aventure du Sucre s’ancre dans le développement durable

2022 est une année importante pour l’Aventure du Sucre. Ainsi se tiendra une exposition temporaire 5R (Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Rendre à la Terre) qui sera lancée en octobre, dans le cadre des 20 ans de l’Aventure du Sucre. Elle sera dédiée au développement durable et à l’économie circulaire avec la participation de tous les partenaires et les artistes locaux. Ce site qui a accueilli environ 1,5 million de visiteurs se veut une vraie découverte dans le temps. Comme une ode à la canne à sucre, première production agricole du monde.

- Publicité -

Ancienne sucrerie transformée en musée moderne et ludique, l’Aventure du Sucre est un véritable monument historique. Installé dans une magnifique propriété sucrière à Beau Plan, ce lieu est énigmatique. Il propose une balade agréable qui permet de partir à la découverte de l’histoire du sucre à Maurice, qui a débuté à la fin du 18e siècle et qui se poursuit encore au travers des cinq sucreries opérationnelles dans l’île.L’Aventure du Sucre subventionne une partie de la billetterie pour les Mauriciens et les résidents en vue de donner plus d’accessibilité à ceux qui veulent faire une incursion dans ce lieu culturel. Dans les jardins, sur une pelouse d’un vert anis, on peut observer des sculptures en canne à sucre réalisées par les élèves du MGI en octobre 2021. Une danseuse et un danseur de séga dont les contours en canne bien dessinés illustrent leurs corps en mouvements.

À l’entrée du musée de l’Aventure du Sucre, des écrans géants tactiles livrent tous les secrets que confère ce lieu chargé d’histoire, celle de la canne à sucre, et de ces diverses transformations, des dockers, du chaland… L’amphithéâtre et l’espace d’exposition temporaire mettent en relief les œuvres photographiques d’Ashok Kalloa, Eskuli : Travay Otur Mulin, qui s’inscrivent dans le cadre de la Fête du travail prolongée jusqu’au 31 mai. En les calquant sur les travailleurs d’antan et de leurs métiers dont certains en voie de disparition, Ashok Kalloa dépeint en noir et blanc, à travers son regard d’artiste, des mémoires oubliées d’une vie dans les champs de cannes à sucre. Une manière de décliner autour d’une cinquantaine de clichés en sépia également cette floraison de métiers qui ont contribué à « fer la bous dou » grâce aux cannes broyées, au jus récolté et au sucre cristallin recueillis.

Sur un parcours muséal de 5 000 m2

Sandrine d’Unienville, responsable de la création culturelle et de la communication de l’Aventure du Sucre, aura cette réflexion : « Les photos d’Ashok, prises sur le vif, dressent une émouvante galerie de portraits des femmes et d’hommes dans leur travail quotidien. On sent que les machines, les outils et la matière première font corps avec leur propriétaire, on dirait presque ils les prolongent. » Notre guide nous conduit dans les méandres de cette bâtisse où chaque panneau conte une histoire, un vécu.

D’abord, il y a ce site impressionnant sur un parcours muséal de 5 000 m2 de l’ancienne sucrerie de Beau-Plan avec au cœur des hommes et des femmes qui ont contribué à rehausser le niveau de leurs différents métiers en les valorisant au point de les faire perdurer dans le temps. Sandrine s’attarde sur les camions Bedford, des transporteurs… Difficile de tout parcourir des yeux, tant le spectacle est euphorisant pour ceux qui ont cette âme culturelle. On ne se lasse point de voir toutes ces machines industrielles en bonne conservation.

D’entrée de jeu, on remarque le Chaland, ce bateau à fond plat, symbole des années 80, souvenir du port de Maurice en lien avec les dockers. Ces derniers effectuaient des tâches pénibles en portant sur leurs dos des sacs de sucre de 80 kg pour les acheminer vers le Chaland, l’unique bateau qui existe à l’Aventure du Sucre, les autres chalands étant été acheminés vers Madagascar pour être démantelés.

Plus loin, on découvre une colonne de distillation en lien à tous ces produits autour de la canne, du broyage, du procédé de la fabrication du jus et, pour garder cette note exotique, d’un temps lointain.

On s’est même hasardé à répondre correctement à deux questions pour avoir ce privilège d’entendre siffler la locomotive. Révolu le temps du chemin de fer, aujourd’hui le métro est devenu le nouveau mode de transport. Les maquettes de bateaux qui ont trouvé refuge dans une vitre transparente témoignent du temps de la Compagnie des Indes. Notre mémoire revisite le passé des habitants de cette époque qui utilisaient des charrettes tirées par des bœufs pour transporter de la canne. Ce sucre qui a été jusqu’au bout porteur d’espoir de notre économie mauricienne. Des photographies de riches Anglais en apparat montrent le succès de ces planteurs auprès de la gent féminine.

Le sucre au cœur de l’économie mauricienne

On aperçoit aussi sous un socle transparent des théières, tasses et sucriers en porcelaine, indiquant la manière dont le sucre s’est démocratisé partout dans le monde et qu’on consomme toujours en thé ou café. Selon Sandrine d’Unienville, les Chinois aussi, sous le règne de l’empereur Thaï, envoyaient des ouvriers apprendre l’art de la fabrication du sucre en Inde. Fait intéressant, l’Aventure du Sucre permet de clôturer la visite dans sa boutique de vente pour la dégustation de 12 sucres non raffinés fabriqués localement, sans oublier les confitures et le miel exotique. On observe aussi à dos de mur des serpes et pangas des coupeurs de canne, le marteau et l’enclume des forgerons, les feuilles de métal et le fer à souder des ferblantiers en passant par la mobylette chargée de l’énorme tas de marchandises du marchand ambulant… Ces équipements sont emblématiques de notre île liée au sucre et dont l’identité a été forgée par cette plante.

Les mercredis, vers 10h30, lors d’un atelier, Jean-Alain, un ancien coupeur de cannes, initie les Mauriciens et touristes à la coupe de canne effectuée à l’aide d’un panga, tout en assistant au broyage de la canne avant de les inviter à se délecter d’un bon jus de frangourin. Il les initie ensuite à la mixologie de ces cocktails.

Cette visite est aussi l’occasion d’une réflexion sur des panneaux d’artistes qui interpellent sur notre biodiversité, sensibilisant tout un chacun à la protection marine et au réchauffement climatique. Des expositions ludiques, interactives se font également sous le regard des deux mascottes Raj, le martin, et Florise, la mangouste, comme un clin d’œil à notre folklore.

Sandrine d’Unienville évoque l’importance des ateliers pour mettre la créativité au service de l’inclusion et du développement durable. « En sensibilisant à l’art du recyclage, l’Aventure du Sucre a pour ambition de continuer à faire rimer solidarité, créativité et respect de l’environnement. Nous sommes convaincus que les pratiques créatives contribuent à créer du lien et peuvent permettre à des personnes qui connaissent des difficultés de se considérer autrement qu’à travers leur situation personnelle. Ces ateliers ludiques, pédagogiques et engageants feront vivre un parcours créatif à des personnes en situation d’exclusion tout en sensibilisant à la pollution et au changement climatique. »

L’histoire de Maurice est intimement liée à la canne à sucre. Pendant presque deux années, l’Aventure du Sucre a été prise dans l’étau de la pandémie de Covid. Mais depuis le 1er octobre de l’an dernier, les gens peuvent découvrir ou redécouvrir ce lieu. Ce musée est une manne inespérée pour faire découvrir aux petits et aux grands tout sur la culture locale tout en s’offrant une pause gourmande autour de ces sucres de terroir dont le muscovado, la fleur de coco, le sucre de betterave, le sucre de bouleau. Le tout en contemplant la cheminée de Beau-Plan de 33 mètres construite en 1895.

———————————————
Cinéma en plein air sur réservation
Chaque premier ou deuxième vendredi de chaque mois, l’Aventure du Sucre, en collaboration avec l’Institut français de Maurice, organise la projection gratuite d’un film français : Manz pistas get sinema, à partir de 18h pour un apéro/tapas et la projection du film à 19h (incluant un entracte). Prenez note du prochain film : Les invisibles, une comédie dramatique de Louis-Julien Petit, le vendredi 10 juin 2022. Toutefois, les places sont limitées et la réservation doit se faire par email sur communication@aventuredusucre.com ou sur le numéro de téléphone suivant : 243 7900.

———————————————
Ateliers éducatif, culturel…
En avril, l’Aventure du Sucre a lancé un premier projet éducatif, créatif et culturel basé sur la créativité et l’art du recyclage, en lien avec le développement durable. Pendant trois samedis consécutifs, une douzaine d’adolescents de la région de Bois-Rouge/Pamplemousses ont pu échanger et partager lors de trois ateliers avec une jeune artiste, Yulyanna Chimeea. Ils ont réalisé des sculptures en bois flotté coloré qui seront exposées de façon permanente au public, dans les jardins de l’Aventure du Sucre. Ces ateliers ont été rendus possibles grâce à la collaboration et au soutien de Terra Foundation, Mr Bricolage, Kazibao Ltée (Orchestra-Premaman) et le British Council. L’installation de leur réalisation est prévue courant juin.
Par ailleurs, un second atelier sera organisé fin mai avec des femmes de la région de Bois-Rouge/Pamplemousses pour réaliser des cerceaux flottants avec des morceaux de tissus recyclés et des déchets plastiques, qui seront accrochés aux arbres du jardin et exposés au public. Cet atelier sera cette fois-ci encadré par une décoratrice spécialiste du recyclage.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour