Des enseignants du Mauritius College ont déposé une Precautionary Measure au poste de police de Curepipe suite aux décisions prises par la direction de cet établissement secondaire.

Pour Bhojeparsad Jugdamby, président de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE), la direction exercerait une forme de « répression » sur le corps enseignant du collège.

Cette affaire fait suite à la manifestation qui s’est tenue devant l’établissement le vendredi 13 novembre par le syndicat. Pour y remédier, « des gros bras » auraient été appelés en renfort.

« On a l’impression que cela a été fait pour intimider tant les syndicalistes que les enseignants », affirme un employé de cet établissement.

« Zot inn fer koumadir zot mem lapolis », ajoute-t-il.

Ainsi, effrayés par la tournure des évènements, plusieurs enseignants se sont rendus au poste de police de la localité pour dénoncer cette situation. « Nous ne nous sentons pas en sécurité suite à ces décisions barbares », affirme notre source.

Du côté du syndicat, une lettre sera déposée aujourd’hui, mardi 17 novembre, au bureau de l’Ombudsperson For Children afin de réclamer l’ouverture d’une enquête sur ce collège.