- Publicité -

L’ICTA met en garde contre l’arnaque sur le net

L’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) attire l’attention du public sur les dangers des appels et SMS frauduleux. Le maître mot reste la vigilance afin d’éviter d’être la proie des escrocs en ligne.

- Publicité -

Depuis la pandémie de Covid-19, beaucoup de gens utilisent de plus en plus l’Internet pour des opérations en ligne. Le travail à domicile, les achats ou opérations bancaires sur le net, les échanges sur les réseaux sociaux… autant d’opportunités pour les escrocs de voler les données sensibles ou l’argent des utilisateurs peu méfiants en utilisant toutes sortes de ruses. Les appels et SMS frauduleux sont de nature trompeuse et ont souvent pour but d’induire le destinataire en erreur afin qu’ils fournissent sans le savoir des informations confidentielles.

L’intention est d’extorquer de l’argent ou des données personnelles, notamment financières. L’ICTA conseille donc au public de faire attention aux signes suivants qui peuvent indiquer qu’un appel ou SMS est frauduleux : 1) Un numéro de téléphone suspect (notamment d’un pays étranger); 2) un message d’accueil retardé; 3) l’appelant vous demande de vous identifier; 4) le message contient des menaces ou des avertissements; et 5) l’appelant dit qu’il a un problème avec un compte bancaire.

Un certain nombre de précautions peuvent être prises pour éviter d’être victime de ces appels frauduleux. Il faut prendre son temps avant de répondre à un appelant qu’on ne connaît pas, éviter de répondre si l’appel semble suspect, ne pas donner de détails personnels, ne pas donner d’informations financières, s’il s’agit d’un message, ne pas cliquer sur les liens contenus dans le message, bloquer le numéro suspect, rapporter le numéro à WhatsApp ou à l’application concernée.

L’ICTA invite le public à rester vigilant. Les appels ou SMS peuvent être signalés aux fournisseurs de service de télécommunications, à la police et aux institutions financières, tels que les banques, s’il s’agit d’une extorsion financière. Selon la section 8 de l’ICTA Act, cette autorité est habilitée à prendre des mesures pour réguler ou empêcher les contenus illégaux et dangereux sur l’Internet et sur d’autres services d’informations et de communications. L’autorité n’a toutefois pas vocation de réguler les services d’applications telles que WhatsApp.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour