Cette enveloppe servira à financer l’achat de 100 bateaux pour développer la pêche semi-industrielle en faveur des pêcheurs affectés par le naufrage du MV Wakashio

Après l’incorporation de la National Fishing Company Ltd, vendredi, Maurice a sollicité l’assistance financière du Japon en vue de démarrer un Proposed Scheme to Support the Fishermen Commmunity. Ce projet vise dans un premier temps à regrouper en des sociétés coopératives les gens de mer du Sud-Est, affectés par la marée noire du naufrage du MV Wakashio pour le démarrage d’un projet de pêche semi-hauturière, notamment hors des lagons et sur les bancs. Dans cette perspective, le Japon a été approché pour une enveloppe financière de quelque Rs 1,2 milliard.

Ces fonds serviront à financer l’achat du Japon et du Sri Lanka d’une centaine de bateaux mesurant entre 12 et 24 mètres de long, dont le prix varierait de Rs 8 milions à Rs 12 millions. Chaque bateau aura un équipage d’au moins huit pêcheurs et quatre autres en tant que Frigo Boys et autres. La campagne de pêche sera de 15 à 20 jours avec les unités “fully equipped with communication, navigation, safety and fishing equipment”.

Outre la logistique, le projet envisagé pour le recyclage et le redéploiement des gens de mer comprend également une composante de formation des pêcheurs dans la “semi-industrial chilled fishery”. Ces cours, qui seront dispensés par le Fisheries Training and Extension Centre en collaboration avec la Mauritius Maritime Training Academy, s’échelonneront sur 138 heures impliquant trois sessions pratiques en mer. L’assistance technique et technologique du Japon fera également partie de cet accord.

Le ministère de la Pêche, qui bénéficie du soutien des Finances, prévoit de former ainsi quelque 475 pêcheurs, soit 19 lots de 25 avec un budget de Rs 7,6 millions pour le paiement de Stipend de Rs 300 par jour. Des skippers, une soixantaine au total, seront également formés, alors que la construction des bateaux durera entre six et huit mois par unité. Des fonds de Rs 12 millions seront également nécessaires pour doter chaque bateau d’équipements de pêche.

En sus de cela, Maurice a fait une demande d’aide de l’ordre de Rs 80 millions auprès de Tokyo pour le développement de sustainable aquaculture à l’Albion Fisheries Research Centre avec Rs 50 millions supplémentaires pour un Upgrading du laboratoire.