Des travailleurs étrangers de Tropical Garments Ltd affirment avoir été « agressés » pour avoir tenté de récupérer leurs passeports et réclamé leurs salaires, impayés depuis plusieurs mois.

Ce cas a été dénoncé le jeudi 2 juillet lors d’un point de presse de la Confédération des Travailleurs des Secteurs Public et Privé (CTSP), qui pointe du doigt des proches de cette compagnie textile.

Plus d’une centaine d’employés bangladais de Tropical Garments Ltd n’ont touché aucun salaire depuis le mois de mars. De plus, en tant qu’étrangers, ils ne peuvent recevoir les rémunérations offertes par le gouvernement à travers les plans mis en place en marge de la pandémie de Covid-19.

Las de cette situation, ils se sont rendus sur leur lieu de travail, à Centre de Flacq, espérant récupérer leurs passeports.

Toutefois, ils se seraient retrouvés face à des individus « en civil » s’opposant à leurs requêtes. Ces derniers auraient alors « tabassés » les travailleurs étrangers, relate le syndicaliste Reeaz Chuttoo.

Les employés auraient tenté de référer l’affaire à la police, mais la barrière de langue les empêcherait de faire part de leurs dénonciations, selon le syndicaliste. Ainsi, aucune suite n’aurait été donnée à cette affaire.

« Li pa posib ki pa kapav pourswiv anplwayer alor ki nou an 2020 ek zot pe kontign fer dominer », lance le syndicaliste.

Le mardi 2 juin, les employés s’étaient regroupés devant le bâtiment du ministère du Travail afin de déposer une plainte pour non-paiement de leur salaire. D’autant qu’ils n’ont bénéficié d’aucune assistance de la Mauritius Revenue Authority (MRA) durant le confinement.

Reeaz Chuttoo souhaite savoir pourquoi le ministère du Travail n’arrive pas à engager de plainte contre l’employeur. Selon le syndicaliste, « nou lalwa li ankouraz trafik imin. Me nou CTSP nou pa pou res trankil ».

Un mémorandum sera envoyé au Premier ministre ainsi qu’au Bureau international du Travail.


Tropical Garments Ltd : « Ils se sont montrés agressifs… »

« Nous voulions ouvrir une discussion avec les employés, mais ils se sont montrés agressifs », a soutenu Tropical Garments Ltd, contactée par lemauricien.com. « Nous avions dû appeler la police. »

S’agissant des salaires impayés depuis mars, la compagnie indique que leur directeur est  « bloqué en Ethiopie » suite à la fermeture des frontières dans le sillage de la pandémie.

« Il faut sa signature pour le chèque. Nous avons déjà enclenché les démarches afin que ce dernier regagne Maurice avant la mi-juillet ».