C’est la troisième année consécutive que la Mauritius Squash Rackets Association (MSRA) fait partie du Hit Parade de Week-End. Le calendrier a été plus ou moins respecté certes, mais nous avons l’impression qu’elle tourne en rond comme certaines disciplines sportives, n’arrivant pas à franchir ce pallier fatidique…
Ce n’est un secret pour personne que les squasheurs mauriciens ont vraiment du mal à exister dans des tournois qui regroupent des compétiteurs internationaux et comme les années précédentes, rien n’a changé. Lors des Jeux du Commonwealth à Glasgow, Xavier Koenig et Vanessa Florens, les deux Mauriciens engagés n’ont pas fait le poids, s’inclinant d’entrée contre les têtes de séries. Il faut dire qu’ils n’ont pas été gâtés par le tirage au sort. Il faudrait impérativement un centre de formation qui aurait pour rôle d’alimenter le circuit local. Car sans un encadrement correct, il est impensable que ce sport arrive à atteindre un bon niveau. Les Championnats d’Afrique de Squash, qui devaient se tenir au mois d’avril au Nigeria, ont par ailleurs été reportés. Cette compétition aurait été un tremplin pour nos locaux afin de s’illustrer.
En ce qu’il s’agit des tournois locaux, le calendrier a été plus ou moins respecté avec l’ENL Squash Open, ISPA Mauritius Open, Vacoas/Phoenix Open, Gymkhana Open et Emcar Open entre autres. Mais le point noir demeure le non-lieu des Championnats Nationaux. Comme l’année dernière, pas grand chose à reprocher à la MSRA au niveau de la gestion, mais on le dit que trop souvent, il ne faudrait pas se reposer sur ses acquis mais continuer à aller de l’avant. Il faudrait entreprendre des démarches beaucoup plus poussées et audacieuses pour donner un certain élan, voire du dynamisme à cette discipline qui ne demande qu’à se faire connaître du grand public. C’est pour cette raison que le squash stagne dans ce classement.
Il faut aussi souligner qu’à Week-End, nous reprochons au président Nitin Busguth son manque d’implication, toujours dans l’ombre de son secrétaire général, Adrien Wehrli. Une situation à laquelle, on le dira sans cesse, il devra y remédier. À titre d’information, mention spéciale à Xavier Koenig qui reste le no 1 de la discipline à Maurice, lui qui a dominé de la tête et des épaules cette saison 2014.