Rêver un impossible rêve, à la manière de Brel. Lisa Ducasse ne peut s’empêcher de laisser éclater sa joie. À 22 ans, cette jeune Mauricienne assurera ce soir la première partie du spectacle de Zazie à l’Olympia, à 20h (heure de France).

Pour l’instant, Lisa vit un rêve éveillé en attendant d’emporter le public de l’Olympia dans sa ritournelle. Son blues à elle serait  présentement de relever ce défi de taille et de conquérir le cœur des Français en plaçant sa petite île Maurice sur la carte des grands.

Interrogée au téléphone hier, Lisa Ducasse, détendue et sereine, aura d’abord une pensée pour Zazie : « J’apprécie son écriture, son talent. On ne s’est pas encore parlé, mais j’ai pu comprendre qu’elle apprécie ma musique. C’est une grande opportunité qui s’offre à moi. » Fille du poète Michel Ducasse et de l’écrivaine Shenaz Patel, Lisa Ducasse ne revient pas de cette chance inespérée. Tout en douceur, Lisa étonne par sa versatilité à pouvoir jongler d’un artiste à un autre, et pas des moindres, comme Alain Bashung ou Bernard Lavilliers. Il suffit de cliquer sur YouTube pour voir cette jeune fille défendre à sa manière On the Road again de Bernard Lavilliers, dans un décor empreint de sensibilité, d’émotion dans une oasis de désert porté par la voix de Lisa. Sa musique insuffle cette ode à la liberté, ce besoin d’exister d’un jeune, de s’exprimer.

Sa prestation à l’Olympia, Lisa le doit au concours Riffx. « Il y avait beaucoup de participants, 340 en tout avant d’arriver à une étape de vote et, parmi 15 sélectionnés, je me suis retrouvée à la neuvième place, et ce grâce au vote du public et aussi aux Mauriciens qui m’ont soutenue. C’est l’étape d’écoute qui a été la plus déterminante et qui m’a permis de faire mon entrée à l’Olympia et d’assurer la première partie du spectacle de Zazie », explique-t-elle. Lisa Ducasse interprétera des morceaux de son cru, dont Chamade, Greenwich, Qui sont, What the wild wind dragged in, et Des rues, entre autres… Elle sera accompagnée du pianiste Matthieu Lesénéchal et du saxophoniste Evan Laflamme.

Concernant son style musical, Lisa dira sans détour : « Des chansons à texte principalement qui font référence à mes voyages et à mes rencontres. Il faut aussi faire remonter à la surface des rêves enfouis. » Même si Lisa a grandi dans le monde de l’écriture, elle confie : « J’ai un rapport assez nouveau avec la chanson. Pour l’instant, je ne me projette pas dans le futur. Des études de traduction me passionnent et,  pour garder le parfait équilibre, j’ai aussi un projet de recueil en chantier et un album. » Ce soir à l’Olympia, Lisa Ducasse défendra sa musique, ses chansons à textes, elle n’en tire « aucune gloire », juste la satisfaction d’un instant de vivre comme elle le dit tout en candeur : « Un rêve éveillé. Mes chansons  expriment tout ce que je suis en train de vivre actuellement. »