Dhunsingh Beejadur était poursuivi en Cour intermédiaire pour avoir escroqué un individu dans le cadre de la vente d’une voiture. Le plaignant lui reprochait de lui avoir vendu le véhicule sans lui donner les documents nécessaires pour le transférer à son nom. La voiture avait été saisie le 10 janvier 2015 suite à une réclamation d’Axys Leasing Ltd, étant donné que les documents sur la voiture n’étaient pas en règles.
Dhunsingh Beejadur avait indiqué avoir acheté ledit véhicule avec une certaine Kamini – qui était, dit-il, la propriétaire du véhicule – pour Rs 315 000, ajoutant qu’aucun contrat de vente n’avait été rédigé. Mais il avait décidé de la revendre quelques semaines plus tard au plaignant, qu’il soutient avoir informé que la propriétaire était une certaine Kamini, qui l’avait achetée à crédit chez Axys Leasing Ltd. Cette dernière aurait rencontré le nouvel acheteur pour se mettre d’accord sur le fait qu’elle doive introduire une requête pour un contrat de gage alors que le plaignant avait affirmé, lui, qu’il payerait pour l’assurance. Toutefois, Axys Leasing Ltd devait ordonner la saisie du véhicule car les termes du contrat de prêt n’avaient pas été respectés.
Le plaignant, pour sa part, soutient qu’il s’était « fait avoir » par Dhunsingh Beejadur, qui lui avait parlé de ses soucis « avec sa mère malade » afin de lui vendre la voiture au plus vite. Le plaignant avait, après avoir testé le véhicule, accepté de l’acheter pour Rs 330 000. Il affirme « avoir fait confiance » à l’acheteur, mais que ce dernier l’a « escroqué » car le véhicule avait été saisi, ajoutant qu’il l’avait rarement utilisé. Il déplore le fait que Dhunsingh Beejadur ne lui ait jamais remis les papiers du véhicule.
Kamini avait, elle, concédé que, selon les dispositions de la loi, elle n’était pas autorisée à vendre ce véhicule qu’elle a obtenu par un “lease agreement” avec Axys Leasing Ltd et qu’elle avait ainsi vendu illégalement la voiture et encaissé l’argent pour son propre bénéfice. De ce fait, la magistrate Wendy Rangan a estimé que les agissements de Dhunsingh Beejadur résultaient en une « faute », ce dernier s’étant fait passer pour le propriétaire du véhicule pour percevoir l’argent. La magistrate l’a ainsi sommé de rembourser la somme de Rs 330 000. Il aura aussi à verser Rs 50 000 de dommages au plaignant.