Le secrétaire de l’ACIM, Jayen Chellum, entouré d’Atma Shantoo et Enrico Permal, entre autres, a réitéré l’opposition de ce Front contre l’augmentation de la redevance télé. Il existe un manque de transparence au sein de la MBC et il est inacceptable de demander à la population de payer une augmentation de Rs 50 « pou gagn enn servis ki pe agir comme une boîte à propagande », dit-il.
Jayen Chellum a rappelé que les comptes de la MBC devraient être déposés chaque trois mois. Or, le dernier déposé au parlement date de 2009/2010. « C’est ce qui nous a motivés à constituer ce Front, car la MBC ne respecte pas la MBC Act. » Avant de demander aux téléspectateurs de payer une telle redevance, la MBC se renseigne-t-elle vraiment sur le genre d’émissions que souhaiteraient avoir les téléspectateurs ? se demande-t-il « Il existe un manquement énorme. La question qui reste en suspens : eski téléspectateurs satisfaits avek program MBC. » Et d’affirmer que le compte déposé par la MBC en 2007 contient une erreur grave, avec une différence « se chiffrant en centaines de millions de roupies. Où sont les comptes de la MBC actuels ? Pena zist parlementaire, bizin bann manb public gagn accès bann comptes MBC. Compte 2009, fine mal fer. Nu pas pu kapav accepté ki la MBC vine impose lors la population Rs 50 kan so compte mem pas fine déposé. Ena enn manquement énorme au niveau MBC, soit Rs 24 millions d’écart. Il y a des dettes énormes, sinon zordi pas ti pou ena bank overdraft, manque de transparence. » La MBC, insiste Jayen Chellum, n’est pas financée par le gouvernement mais par chaque foyer mauricien.
Pour sa part, Enrico Permal, de la Federation Of Progressive Union (FPU), demande également qu’il y ait plus de transparence autour de cette redevance. Il dira qu’il existe des professionnels de l’audiovisuel qui sont « prêts à donner un coup de main pour préparer un document de réflexion. Ena aussi CEB Act qui paye ou redevance télé à travers courant. Notre souhait est que le public se joigne à nous dans cette campagne. »
Jayen Chellum souligne que l’augmentation de la redevance télé n’a pas encore été « gazetted ». Il invite le public à boycotter l’augmentation.