L’ACIM et l’Association Sale by Levy and Injustice ont convié la presse hier pour commenter le système de régulation financière. Cangayen Pillai, de la deuxième association, a conseillé aux entrepreneurs de vérifier les implications des conditions attachées avant de contracter un quelconque prêt. « Il serait temps que toutes les banques collaborent afin que l’on puisse faire des enquêtes sérieuses où l’on pourra constater où se trouvent les transactions louches. Il y a beaucoup de personnes qui se retrouvent endettées à cause d’un prêt pendant que d’autres s’enrichissent », a-t-il dit, en alléguant que plusieurs cas de transactions louches ont été rapportés par des banques à la Banque de Maurice et à la Financial Intelligence Unit (FIU) sans qu’il n’y ait d’enquêtes menées. « C’est un grand scandale financier et il serait temps que les autorités concernées en prennent compte. Je trouve déplorable que le Premier ministre n’ait pas rassuré les pays étrangers en disant qu’il prendra les mesures nécessaires. Le pays est sali à cause de toutes ces magouilles d’argent sale que certains blanchissent sur le dos des gens », a soutenu Jayen Chellum, le porte-parole de l’ACIM. Cangayen Pillai devait ajouter que « d’après mes renseignements, une banque a donné des personal loans de Rs 600 000 sans que la personne ait donné la moindre garantie. »
Le président de l’Association Sale by Levy and Injustice a lancé un appel à toutes les personnes qui connaissent des cas similaires pour qu’elles aillent les dénoncer.