Lavé de tout blâme, Mike Nicholas Salvarat a décidé de poursuivre son voisin Ramesh Mungur qui l’avait accusé de gross indecent act in public. Ce contracteur de L’Escalier, acquitté en août par le tribunal de Mahébourg, lui réclame Rs 500 000 de dommages.
Ramesh Mungur aurait formulé de fausses accusations contre son voisin Mike Nicholas Salvarat avec qui il n’est pas en bon terme. À la suite d’une statement donnée par le premier nommé et de l’enquête policière, le contracteur a été poursuivi devant la cour de district de Grand-Port à Mahébourg pour gross indecent act in public sous l’article 248 du Code pénal. La magistrate Nadjiyya Dauhoo l’a néanmoins trouvé innocent.
Mike Nicholas Salvarat a alors décidé de poursuivre au civil Ramesh Mungur en cour intermédiaire. Selon lui, les dommages s’élèvent à Rs 500 000. Le demandeur soutient que sa réputation a été salie par ces accusations gratuites et ses voisins ont cru qu’il était un pervers. Il a ajouté s’être senti humilié par la mauvaise réputation qu’il a eu dans son village à cause de cette histoire.
Selon le contracteur, la statement donnée par son voisin contre lui au poste de police de L’Escalier est « false, malicious, vexatious and devoid of any truth ». Il a retenu les services des Mes Imteeaz Mamoojee (avocat) et Ahmed Mungroo (avoué).
Ramesh Mungur avait allégué que Mike Nicholas Salvarat avait exhibé son sexe en public, mais ce dernier a nié en disant qu’il était chez un ami à L’Escalier quand le délit présumé se serait passé. L’ami en question a d’ailleurs confirmé les dires de l’accusé devant la cour. Dans le jugement de première instance, la magistrate a déclaré : « The Court is of the view that the version of witness N° 3 (Ramesh Mungur) is not as reflective of the truth as it would wish the Court to believe. It is difficult to conceive that at 17 h 00 there were no one on the road, for the least this was a disturbing feature in the evidence of witness N° 3. »