Le procès intenté devant les Assises à Rudolphe Derek Jean Jacques, alias Gro Derek, et à Bruno Wesley Casimir pour trafic de drogue a été marqué hier par la motion de “voir-dire” logée par Me Chetan Baboolall, l’avocat de Bruno Casimir, contestant la production de quelque 14 objets saisis au domicile de ce dernier en 2012, vu que son client n’a pas été « duty cautioned » par les policiers avant la saisie desdits objets. Cette requête de la défense fait suite au témoignage d’un officier de l’ADSU présent lors de la perquisition au domicile de Bruno Wesley Casimir. Ce dernier devait affirmer que l’accusé avait été « informé » de ses droits constitutionnels. De ce fait, la défense remet en cause la pertinence des objets saisis lors de la perquisition au domicile de Bruno Casimir.
Le juge Pritviraj Fekna a dû lever la séance pour quelques minutes afin que les parties se prononcent quant à la pertinence des objets saisis. Ainsi, les enquêteurs principaux dans le cadre de cette affaire seront appelés à apporter plus d’éclaircissements sur la perquisition au domicile de Bruno Casimir lors des débats sur la motion de “voir-dire”. Pour rappel, Gro Derek et Bruno Casimir ont plaidé non coupables des accusations de drogues dont ils font l’objet. Gro Derek est représenté par Me Deepak Rutnah alors que Bruno Casimir, lui, est défendu par Mes Chetan Baboolall et Alwin Jawaheer.