Photo d'archives

Ayesha Lutchigadoo a été arrêtée ce jeudi 23 mai par le CCID pour complot. Elle est soupçonnée d’avoir rencontré son époux, Kusraj Lutchigadoo, lorsque ce dernier avait quitté le Vacoas Detention Centre dans la soirée du 23 avril 2018 avec la complicité de certains policiers pour entraver une enquête.

Ayesha Lutchigadoo a été placée en détention à Moka après sa comparution au tribunal de Curepipe ce jeudi.

Elle avait plaidé l’ignorance durant son interrogatoire le 30 mai 2018 sur ce qui s’était déroulé. « Mo pas konn nanye ladan », avait-elle fait comprendre aux hommes de l’ACP Devanand Reekoye. Elle leur avait fourni un alibi sur le lieu où elle se trouvait de 21h15 à 22h15 le 23 avril, qui est en cours de vérification par la police.

Selon Ayesha Lutchigadoo, en mai dernier, son époux ne lui avait jamais parlé de son « escapade » lors de ses visites au Vacoas Dentention Center et elle a affirme avoir appris la nouvelle à travers les médias.

Elle n’a pas nié qu’elle se rend « régulièrement » au centre de détention de Vacoas où était incarcéré Kusraj Lutchigadoo, pour lui apporter « ses vêtements » et « de la nourriture ». Mais la cliente de Me Neellkant Dulloo a évoqué des « visites dans les règles » avec des policiers qui vérifiaient tout ce qu’elle apportait pour le détenu.

Au cours de son interrogatoire, le CCID avait voulu obtenir d’elle des précisions sur le 4×4 blanc aux vitres teintés utilisé par son époux lors de son escapade.

Pour rappel, Kusraj Lutchigadoo avait bénéficié d’un traitement de faveur des policiers de faction pour quitter les lieux de détention avec, pour but, de fabriquer un alibi dans une enquête diligentée par l’escouade de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de Plaine-Verte sur un cas de livraison de drogue.

Kusraj Lutchigadoo, arrêté en avril car suspecté de trafic de drogue synthétique dans la région du nord, avait de plus comparu devant la Bail and Remand Court le mercredi 3 octobre 2018. La charge de trafic de drogue qui était retenue contre lui a été rayée, mais deux autres charges ont, elles, été maintenues.

A lire également :