Le constable Shewtahul de la Very Important Person Security Unit (VIPSU) et garde du corps de Sudhir Sesungkur a été interrogé au CCID hier dans le sillage d’une plainte pour agression logée par le cameraman Rasesh Ramprosand, 27 ans, contre le ministre de la Bonne gouvernance.

D’emblée, le policier a confirmé sa présence ainsi que celles de Sudhir Sesungkur et de Ganesh Niko au mariage à Sébastopol le 22 juillet. Selon lui, le ministre de la Bonne gouvernance était importuné par la présence de photographes qui l’empêchaient de suivre la cérémonie. Une fois à l’extérieur, le ministre a demandé à rencontrer le responsable de l’équipe de photographes, en l’occurrence le plaignant. Le garde du corps avance qu’une fois à l’extérieur de la salle, Rasesh Ramprosand avait un objet dans la main et se dirigeait vers Sudhir Sesungkur. Étant donné qu’il ignorait l’intention du cameraman, le constable Shewtahul a déclaré l’avoir empêché de s’approcher trop près du ministre de la Bonne gouvernance. « Mo ti pe fer mo travay. Mo bizin protez minis », a-t-il déclaré à l’équipe de l’ACP Devanand Reekoye. Le policier a nié avoir usé de violences contre le plaignant et dit ignorer si Sudhir Sesungkur aurait giflé le jeune homme. Il a ajouté ne pas savoir si Ganesh Niko a pris les lunettes du plaignant.

Auparavant, le constable Shewtahul, qui était assisté de Me Devina Deonarain, avait participé à une parade d’identification avec six policiers, tous vêtus de t-shirt noir. La semaine dernière, le constable avait refusé une identification face à face contre le photographe. Finalement, Rasesh Ramprosand a positivement identifié l’officier de la VIPSU. À la fin de la parade d’identification, Me Yatin Varma, qui assure les intérêts de Rasesh Ramprosand, se dit étonné qu’aucune sanction n’ait encore été prise à ce stade contre Ganesh Niko. « Mo klian inn fer enn lexersis idantifikasion. Dimounn konserne, ki “bodyguard” minis Sesungkur, ti opte pou enn group idantifikasion. Mo klian finn idantifie li pozitivman », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Mo trouv sa drol ki ziska ler, dimounn ki finn kokin linet mo klian pa finn ena okenn sarz provizwar kont li. » L’avocat n’a pas caché son agacement sur le temps que prend le CCID pour convoquer le ministre Sudhir Sesungkur. « Mo osi konstate ki sa pe pran bokou letan pou konvok minis pou donn so version bann fe. Linsidan inn pase le 22 juillet ek ena bokou letan kinn pase. Mo espere ki lanket fer le pli vit posib », souhaitet- il.

Le CCID doit en effet revoir son calendrier de travail concernant l’interrogatoire du ministre de la Bonne gouvernance. À un moment, les enquêteurs prévoyaient que cet exercice allait se tenir entre hier et aujourd’hui, mais les enquêteurs ont appris que Sudhir Sesungkur ne serait pas à Maurice à partir de ce mardi, et ce jusqu’à jeudi, car il sera pris par ses fonctions ministérielles à Rodrigues. La police préfère attendre son retour pour arrêter une date pour sa convocation.